Je suis en train de lire un livre intitulée "L'inspiration continue", sur les conseils de mon libraire - rayon "Philo" du Furet du Nord (un petit homme barbu, fort sympathique avec lequel une certaine forme de complicité s'est développée depuis dix ans que nous échangeons quelques points de vue sur les livres). Ce livre est un recueil de textes traduit de Maria Zambrano, une philosophe espagnole du XX siècle, assez méconnue en France paraît-il. Je le crois sur parole puisque c'est la première fois que j'entends parler d'elle.

Je suis en train de lire un passage sur l'exil. Et je m'attends à me retrouver dans un univers proche de celui de Camus évidemment. Ce seront les mots qui m'auront mis en exil cette fois - et je tenais à vous faire part de ce cruel désarroi. Je lis cette phrase :

Mais l'histoire est la rebelle par antonomase, rebelle contre l'être et la vie. C'est moi qui souligne

Je prends donc mon Robert à la recherche de ce mot qui, me semble-t-il, est rencontré pour la première fois de mon existence. Soyons humble, il y a tant de chose à découvrir encore...

Antonomase : Trope qui consiste à désigner un personnage par un nom commun ou une périphrase qui le caractérise, ou, inversement, à désigner un individu dont il rappelle le caractère atypique (ex : un harpagon pour un avare; la Dame de fer pour Margaret Thatcher).

Bon, j'ai bien compris de quoi il s'agissait. Mais je suis tatillon, qu'est-ce donc qu'un trope? Je rouvre mon Robert et je suis parti à la recherche du Trope salvateur.

Trope : Figure par laquelle un mot ou une expression sont détournés de leur sens propre (ex : antonomase (ben voyons!), catachrèse, métaphore, métonymie, synecdoque).

Et là, j'ai réalisé que j'étais exilé. C'est une bonne philosophe qui prône la découverte par le guide, forme d'expérience à partager. Elle m'a fait voyagé à travers quelques mots et me suis retrouvé en exil. Je vais goûter la sensation et je vous envoie une carte postale...

Romook, en voyage