Romook, ectoplasme bloguique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 29 mars 2006

Choc des cultures

Il y a peu de temps, je repensais à cette phrase d'Ernst Junger dans "Sens et Signification" : "Pourquoi lorsque je suis seul hez moi, je m'obstine ostensiblement à fermer la porte des toilettes à clé lorsque j'y suis?"

Cette phrase a été un révélateur dans ma vie personnelle lorsque je l'ai lu pour la première fois il y a dix ans. Elle reflète bien cette mentalité européenne de la culture de l'esprit et de la négation du corps.

Aujourd'hui, pour la première fois depuis mon arrivée en Chine, j'ai été confronté aux toilettes chinoises. Les nécessités de la vie m'ont conduit à repenser à cette phrase d'Ernst Junger alors qu'ici, c'est exactement la situation inverse : "Pourquoi s'obstine-t-on à garder la porte ouverte lorsqu'il y a des personnes autour ?". Mon expérience personnelle était d'autant plus troublante que j'étais dans une position où ma dignité d'européen subissait des assaults répétés de la part de mon environnement. En fait, l'objet de curiosité était le blanc, et non pas son activité. Troublant déplacement de perspective puisque, pour moi, c'était plutôt mon activité qui me mettait mal à l'aise...

Bref, les baozi n'étaient pas frais. C'est la deuxième fois que l'on me sert des baozi douteux. Ma camarade de la cantine sait que je viens tous les jours en chercher et m'en donne toujours des extras frais, encore bouillant de vapeur. Là, un illustre inconnu m'a servi. Demain, je vais me plaindre à cette charmante demoiselle. Non mais!

Encore heureux que j'ai les sinus un peu eombré en permanence (vive la pollution pékinoise), j'avais au moins du papier avec moi. Et oui, les toilettes chinoises ne fournissent pas le papier. Vous n'avez droit qu'à l'odeur et au public ;-)

Romook, la découverte de l'autre est une expérience enrichissante

mardi 14 mars 2006

Beijing à bicyclette

Aujourd'hui, après un week end fort chargé en émotion et peu de travail, me voici l'heureux détenteur d'une belle bicyclette flambant neuve en ce début de semaine prometteur! 2h30 à bicyclette dans Beijing cet après midi en compagnie de mon ami Laurent. Au programme, va là où le vélo te mène... Il s'agissait d'un premier repérage des environs et de notre manière de nous orienter. Beijing c'est très grand. On s'est perdu. On a pris des périphériques (sur deux périphériques, il y a une piste cyclable!). Pas de danger ici en vélo... Les voitures sont très courtoises cela n'a rien à voir avec la France...Dans les carrefours on a priorité sur les voitures, et tout en sourire. Belle leçon pour tous ces français qui hurlent sur ces pauvres deux roues qui se retrouvent sans route fixe...

Le point noir, c'est la pollution. Au bout d'une heure, on avait l'impression d'avoir avalé un hérisson qu'était resté coincé en travers de la gorge. Le pauvre. Et avec les mouchoirs en papier, j'avaisprévu l'extincteur au cas où il s'enflammerait en me mouchant. Ca fait 6h que nous sommes rentrés de balade et je n'ai presque plus la sensation d'être une usine à charbon. Y a du mieux :-)

Sinon la vie est très très agréable et les chinois sont vraiment très très gentils. En même temps, je ne comprends pas bien ce qu'ils disent... Dans tous les cas, ils le disent avec sourire. Ce qui est un vrai bonheur. J'aime vraiment bien la Chine.

Bon, sur ce, je retourne à mes lignes de caractères...

Romook, à bicyclette

dimanche 5 mars 2006

Beijing : première vraie sortie

Aujourd'hui, première sortie dans Beijing. Première grande sortie. Tian an' men, Cité interdite, Hutong (vieux quartiers de Beijing) et parc à côté de la Cité Interdite. Mauvaise luminosité donc pas de photo et beaucoup beaucoup beaucoup trop de monde... C'est merveilleux, je suis en Chine Là, je l'ai bien réalisé. Comment? J'ai pris un thé Lungjing dans un cadre inimaginable. Quiétude, paix, musique chinoise (guzheng) et petite discussion avec mes camarades... Je crois que j'ai beaucoup de chance d'être en Chine, mais j'ai aussi beaucoup de chance d'avoir rencontré ces personnes. Beaucoup d'affinités, le même sens de l'humour et la même sensibilité a priori. Quelques ingrédients pour un cocktail qui devrait s'avérer très positif

Je retournerai dans tous ses endroits pour faire des photos en semaine. Le week end il y a trop de monde. Et là, la luminosité n'était pas terrible

En plus, j'ai eu l'occasion de voir une exposition de calligraphie et de rencontrer une chinoise jouer une sorte de petit guzheng. Elle m'a dit que je pouvais prendre des cours. Bien. On verra en fonction du prix et du travail à faire pour l'apprentissage du chinois, mais why not?

Bilan très positif d'une journée assez fatiguante. Je vais encore travailler un peu mes caractères chinois ce soir pour ne pas trop être en retard demain... Nouvelle semaine qui démarre, nouvelle vie également d'une certaine manière.

Tout va bien.

Romook, Yang Fa Long

vendredi 3 mars 2006

Clair de lune

Quand la nuit vous étreint,

Que la lune apparait

Souriant, vous pensez

Merveille d'être à Pékin!

Romook, poète du soir...

mercredi 1 mars 2006

Beijing: j'y suis!

Me voilà arrivé dans le pays de mes rêves : la Chine. Impression de "déjà venu", d'être chez moi, dès les premières minutes. Voyage par avion sans encombre, puis formalité administrative en tout genre tout au long de la journée. A l'aéroport, un surprise : on ne m'embête pas du tout avec le poid des bagages : j'aurais dû en prendre plus... Pas grave. Là, je m'entraîne au décalage horaire... J'ai très envie d'aller faire dodo, mais il n'est que 18h30... La chambre est très sympa, si ce n'est qu'il y a un dégât des eaux. I will improve my chinese...

J'y vais et je vous raconte la suite après :-)

Romook, wo zhuzai beijing