"D'un bout à l'autre de cette vie humaine, qui est notre lot, la conscience du peu de stabilité, même du profond manque de toute véritable stabilité, libère les enchantements du rire. Comme si brusquement cette vie passait d'une solidité vide et triste à l'heureuse contagion de la chaleur et de la lumière, aux libres tumultes que se communiquent les eaux et les airs: les éclats et les rebondissements du rire succèdent à la première ouverture, à la perméabilité d'aurore du sourire. Si un ensemble de personnes rit d'une phrase décelant une absurdité ou d'un geste distrait, il passe en elles un courant d'intense communication. Chaque existence isolée sort d'elle-même en une sorte d'éclat facile, elle s'ouvre en même temps à la contagion d'un flot qui se répercute, car les rieurs deviennent ensemble comme les vagues de la mer, il n'existe plus entre eux de cloison tant que dure le rire, ils ne sont pas plus séparés que deux vagues, mais leur unité est aussi indéfinie, aussi précaire que celle de l'agitation des eaux."

G. Bataille, extrait de "L'expérience intérieure"