Romook, ectoplasme bloguique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 12 mai 2005

Sur "la pornographie" de Gombrowicz

"La pornographie" est un titre de Witold Gombrowicz qui mérite que l'on s'y attarde. Premièrement, il n'est pas question de parler de sexe ou de grossièreté dans cette ouvrage. C'est vraiment étonnant, mais les amateurs de sensations fortes seront très déçues par ce livre, si ce titre si évocateur les incitait à le lire. En effet, il est question d'amour adolescent, mais ce n'est absolument pas un roman d'amour. Qu'est-ce donc ? Bonne question...

Witold Gombrowicz est un homme qui appréciait énorment la philosophie et qui avait une culture extrêmement étendue. Ces romans ressemblent à des écrits d'un fou pourtant. Vous pénétrez toujours dans un univers comme il n'en existe aucun autre. Pour ma part, j'ai découvert Gombrowicz à l'âge de 20 ans. Depuis, j'ai la sensation que la littérature est fade et plate.

J'ai découvert récemment Arto Paasilinna, avec lequel je retrouve une forme de fraîcheur et de folie. Néanmoins cela reste tout de même très très en deça des frissons que j'ai connu avec Gombrowicz. "Cent ans de solitude" de G. G. Marquez est aussi un roman qui me paraît être assez fou, mais il ressemble tout de même pas à mon inimitable auteur polonais.

"La pornographie" relate l'histoire de deux hommes qui se retrouve dans la campagne polonaise pendant la seconde guerre mondiale et ils observent deux adoslescents - de sexe opposé - qui semblent être fait pour se rencontrer amoureusement... Le regard de ses deux adultes est terrible : est-cela la "pornographie" ? Je ne sais pas.

J'ai lu plusieurs fois ce livre et je n'ai jamais compris pourquoi il se nomme ainsi. Dans le journal, je n'ai pas trouvé d'élément de réponse non plus. Il est possible que j'ai mal lu. Si quelqu'un a des infos... Glissez le en commentaire. Ce n'est pas un problème de traduction: j'ai déjà vérifié.

En tout cas, si vous voulez lire quelque chose d'à part dans le monde de la littérature, vous savez quoi. Ame classique et sans sens de l'originalité s'abstenir!

Romook, gombrowiczny vôtre

dimanche 8 mai 2005

Sur le "Cosmos"

Cosmos de W. Gombrowicz

Ceci est le livre le plus important que j'ai lu de toute ma vie - après le Tao Te King. Le plus important, pourquoi ? Les bouleversements qu'il a provoqué dans ma manière d'appréhender le monde et la littérature ont été majeurs. Il n'est pas lieu de s'étendre ici sur le Tao Te King, qui est un ouvrage de philosophie asiatique (mystique même) et le fait qu'il modifie notre appréhension des choses semble relativement classique. En revanche, Cosmos est un roman.

Lecteur et fan de Kundera, j'appréciais ses romans qui avaient un style très particulier mêlant philosophie et histoire. Et, un jour, j'ai rencontré une polonaise, Beata, qui voyant mon goût prononcé pour la littérature m'a conseillé de lire Gombrowicz. J'ai commencé par "La Pornographie" et j'ai tout de suite embrayé sur "Cosmos"...

Cosmos est un livre qui se présente sous les apsects d'un roman policier, sans intrigue. Ou plutôt, un roman avec intrigue, mais sans sens. Enfin, non... C'est un livre indéfinissable où les éléments de la vie sont cumulés pour donner un sens général pour celui qui les regarde et les analyse. Bref, nous, lecteurs, sommes forcément désarçonné par un tel livre car, en fait, il ne se passe rien. Et pourtant, pour les personnages, ils se passent énormément de choses! La vision de la réalité est déformée à un point tel qu'il n'est plus possible ensuite de ne pas sourire lorsque l'on voit certains évènements quotidiens - lorsque l'on est sorti du livre.

En définitive, ce livre est une initiation à l'expérience humoristique quotidienne, expérience quasi-mystique il faut le préciser. A lire Absolument.

Romook, ou comment rendre inoffensifs la plupart des auteurs contemporains en un seul livre?