Romook, ectoplasme bloguique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 18 février 2008

Tokyo : une ville

Poursuivant ma ténébreuse et enrichissante aventure en B & W à travers un univers nippon totalement dépaysant, voici donc encore quelques clichés que j'admire également. J'étais dans un état d'exclusion complète de la société qui m'entourait. Je ne parle pas un mot de japonais - et l'anglais des japonais, lorsqu'il existe, est tellement étrange qu'aucune communication n'est possible.



Ainsi, les points de repères les plus évidents, nom d'une rue par exemple, n'existent même pas... Tous les quartiers sont numérotés, les rues sont elles-mêmes numérotées et les buildings aussi bien évidemment. La seule difficulté à lire 4-3 - 1 (4ème quartier, 3ème rue, numéro 1) est que ces chiffres ne sont jamais indiqués nulle part. Résultat : je me suis orienté dans Tokyo, pendant les trois jours où j'y ai vécu seul, avec un plan et ma boussole.



Le seul lien qui restait avec moi-même était l'écriture de mon blog et mes appareils photo (un EOS 500 couleur et un EOS 5 N&B). Ça donnait l'impression que j'étais un photographe professionnel... L'art a toujours été pour moi une sorte de refuge, je pense. Là encore, c'était tout ce qu'il me restait puisque je ne pouvais parler avec personne. Un voyage, seul, au Japon, est une expérience presque mystique.



Heureusement, il y avait des fils électriques :-) ... Et cette touriste anglaise, en transit pour l'australie, qui m'avait proposé de l'accompagner avec son guide (mais j'ai préféré poursuivre mon chemin seul pour faire des photo : ma seule occupation journalière, devenue presqu'une méditation mystique quotidienne). Lors de ma visite du musée d'art moderne de Tokyo, j'étais dans un état presque second. Vous aurez les photos (couleurs) un autre jour...

Romook, ex japanese tourist

dimanche 17 février 2008

Tokyo : les personnes

Chers lecteurs (Dear Ania),

En ce moment, mon temps libre ne me permettant pas de trouver la sérénité nécessaire à la création littéraire (I think you want to know some parts of my private life because you ask me to see some pictures), sans que M. Y. y soit pour quelque chose (@ Ania SaoulFifre : private joke), mais bien plutôt à cause d'une légère suractivité échiquéenne, je vous laisse en pâture quelques photos prises au Japon, lors de ce voyage mémorable dont vous retrouverez les archives en août 2005 (Maybe, Ania, when you think it's a long time ago I posted something, you could check archives with luck and comment all my precedent posts : probably you can discover some new things. As you know, when I left Msn for here, I lost the comments... Unfortunately :-( ).

Parmi toutes les photos que j'ai prises, sachez que je les considère comme le plus haut degré de maîtrise artistique que j'ai pu atteindre, ce qui s'explique - en partie - par les conditions particulières du voyage (I hope you won't be disappointed, Ania, because there is no tree in my pictures).



J'ai eu le coup de foudre pour ce couple. Comme quoi, "les différences s'attirent" (et "qui se ressemble, s'assemble" : l'une des plus belles contradictions de notre sagesse populaire).



Euh... Coup de foudre aussi... Pas les mêmes raisons. (I won't give a comment because I think it's just an elegant picture with a perfect body. And, my lovely Ania, I know you will be in troubled if I explained what I want to do, then I don't write anything about it. Just note you can not see her as clear as possible : so, it's charming... like a suggestion).



Juste une émotion.

Romook, people in a camera