Je tenais à signaler qu'un ami (David pour ne pas le nommer, mais comme personne ne le connaît, même dans mes amis, et qu'en plus il ne sait même pas que j'ai un blog : je n'hésite pas à donner son vrai nom) m'a fait remarquer, il y a quelques années, que j'étais un "vieux croûton" âgé de 20 ans.

La raison était simplement qu'il était impossible de me déplacer d'un endroit à un autre sans grand traumatisme pour moi, même en emmenant la moitié de ma bibliothèque. Sûrement une forme de TOC non répertoriée.

Quelques voyages plus tard (Sénégal, Pologne, Tchéquie, Japon, Chine, Angleterre, Pologne), beaucoup me voit comme quelqu'un qui a une grande faculté d'adaptation, capable d'aller vivre au bout du monde dans les pires conditions (manger des abeilles ou du serpent, me libérer de la tourista devant un sympathique public chinois, etc...). Bref, je suis un être hors du commun, international de surcroît (pour vous le prouver, je traduirai d'ailleurs ce billet en anglais et en chinois, peut-être même en polonais et en allemand).

C'est d'ailleurs ce que me faisait remarquer mon collègue lors de mon dernier séjour en Chine. Toujours prêt à remettre en question toutes les idées qui me concernent de près ou de loin. Je repense à cette phrase de David et je me dis que "les voyages forment la jeunesse". Bref, mon collègue semblait avoir raison.

Mais en y regardant d'un peu plus près, je m'aperçois qu'en fait je suis toujours le même. Je n'aime pas voyager. Je préfère être dans des endroits connus. Ainsi, lorsque je vais en Chine, je reste à Wuhan, dans le même hôtel à chaque fois. Je retourne dans les mêmes quartiers de Beijing que ceux où j'ai résidé. Lorsque je vais à Londres, idem. Si je vais à l'étranger dans un autre pays, mon réflexe est de retourner à l'endroit que je connais plutôt que d'aller découvrir d'autres lieux.

J'ai donc conservé mes réflexes de sédentaire, mais transposés à une échelle planétaire. Ainsi, on peut me définir comme étant un sédentaire international.

Romook, CQFD