Romook, ectoplasme bloguique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 24 mai 2006

Liste de criminels

Voici la liste des criminels répertoriés comme ayant désertés ma mémoire pendant mon examen :

顺便 shun4bian4 : en passant
城市 cheng2shi4 : ville
风景 feng1jing3 : paysage
名胜古迹 ming2sheng4gu3ji4 : monument célèbre
然后 ran2hou4 : ensuite
各 ge1 : chaque
办法 ban4fa3 : méthode
讨论 tao3lun4 : discuter
以内 yi3nei4: avant, dans
帮忙 bang1mang2 : aider
退 tui4 : retourner
窗口 chuang2kou3 : guichet
护照 : hu4zhao4 : passeport
广告 : guang3gao4 : publicité
检查 jian3cha2 : examiner
终于 zhong1yu2 : enfin, finalement
死 si3 : mourir
满 man3 : plein / occupé
洗澡 xi3zao3 : prendre un bain (à évidemment ne pas confondre avec prendre une douche bien sûr : 洗淋浴 xi3lin2yu4)
箱子xiang1zi : valise
表 biao3 : montre
发烧 fa1shao1 : avoir de la fièvre
针 zhen1 : piqûre, enfin... je me comprends
受 shou4 : souffrir
伤 shang1 : blessure;blesser
情况 : qing2kuang4 : état;situation (médicale)
传真 : chuang2zhen1 : fax
文件 wen2jian4 : papier document
灯 deng1 : lampe
锻炼 duan4lian4 : faire du sport, s'entraîner.
被 bei4 : par (voix passive)
看样子 kan4yang4zi : avoir l'air
着急 zhao2ji2 : pressé
周末 : zhou1mo4 : week end
戴 : dai4 : porter (des lunettes)

Voici donc la liste de ces infâmes qui ont eu l'outrecuidance de s'en aller promener pendant mon examen. A noter que certains ont fait ça de manière originale. Exemple : je lis le caractère, je le reconnais mais je ne me rappelle plus de son sens, et comme il est environné par d'autres totalement inconnus, il m'est impossible de lui donner un quelconque sens... Autre exemple de caractère terroriste, celui dont je connais le sens et la prononciation mais qui s'obstine résolûment à ne prendre aucune forme graphique dans mon esprit, ou alors parcellaire. Rappelons qu'il n'y aucun alphabet en chinois et qu'il n'y a aucun lien entre la phonétique, le sens et la graphie pour la plupart des caractères.

Je tiens à proclamer solennellement et publiquement que ces caractères n'ont aucune clémence à attendre de ma part. Ce sera la condamnation aux travaux à perpétuité. Non mais sans blague! C'est vrai quoi? C'est qui le chef!!!

Romook, "mais qu'allais-je donc faire dans cette galère?", Scapin, étudiant en chinois

mardi 23 mai 2006

Ouragan sur caractères

Checking du matin pour savoir quels sont les volontaires pour se présenter ce matin à l'examen. 41 caractères répondent présents. Les autres ont été emportés par l'ouragan de la nuit, ou sont partis en douce visiter la Chine, ou encore sont 三天打鱼,两天晒网 (san tianne da yu liang tianne shaï ouang), ce qui se traduit par "trois jours à la pêche, deux à réparer le filet".

Derrière cette phrase ésotérique se cache le sens à connotation négative de l'action qui devrait être quotidienne mais que l'on ne fait que de temps à temps. Car les caractères sont caractériels et partent sans que l'on sache pourquoi et reviennent parfois tout aussi étrangement dans la tête. Peut -être devrait-on dire une caractère.

Ce matin, il fait beau et les oiseaux chantent.

Romook, désespoir sinologique du matin

lundi 22 mai 2006

Examen demain

"Cent fois sur le métier,

tu remettras l'ouvrage".

Voilà la réflexion que je me fais à l'instant. Dans tous mes livres de chinois, on raconte qu'avec 1 000 caractères, on peut lire 90 % de la littérature chinoise. Bien. Ca veut dire quoi? Ca signifie approximativement que pour 1 000 caractères, vous connaissez 1 000 mots possédant en moyenne trois signification différentes. Ce qui vous fait, si vous savez correctement tous les utiliser environ 3 000 mots de vocabulaire, un peu moins car il y en a beaucoup qui ont le même sens. A savoir qu'ils se combinent entre eux, les malins. Du coup, vous êtes à 4 500 mots de vocabulaire, si on supprime les éventeulles redondances de signification, avec 1 000 ridicules petits caractères.

C'est l'heure du bilan. A mon sens, évaluation rapide, j'en connais 700 aujourd'hui. Je veux dire, je connais au moins un sens de 700 caractères, je le reconnais dans un texte, je sais le lire et j'en comprends le sens. Et non pas que je sais l'écrire. Ca, c'est un autre problème. Pardon. Ca c'est un problème. Que dis-je? C'est LE problème. Et là où c'est drôle, c'est que quand vous apprenez des mots anciens, les anciens en profitent pour ce faire la malle. Surtout si vous ne saviez pas les écrire auparavant. Donc, il faut les écrire tous les jours, comme on fait des gammes en musique, tous les jours, tous les jours, tous les jours...

Demain, j'ai un examen. Je viens de faire la liste des mots nouveaux à savoir écrire pour demain. Un instant, je recompte... Gna.. gna.. 128 caractères! Bon. Y a la leçon pour demain aussi à préparer. Caractères nouveaux : 45 caractères nouveaux. Soit à peine 173 caractères nouveaux pour demain. Rien de bien catastrophique vous me direz. Juste retenir, par exemple :

热闹
锻炼
戴眼镜
Etc...

Question : pourquoi si je fais 700 + 123 = 823, je me retrouve tous les jours avec un nombre aussi important de caractères à apprendre... Ca fait 11 semaines que je suis là, démarrant avec un bagage théorique initial de 400 caractères et à raison de 130 caractères nouveaux en moyenne par semaine, je devrais connaître :

400 + 11x130 = 1830 caractères.

Soit ce qu'il faut connaître pour étudier à l'université en Chine quand on est un étranger...

Où trouve-t-on ces caractères nouveaux tous les jours alors que ce ne sont pas des textes spécialisés? Y aurait-il un mensonge sur le nombre de caractère que l'on doit connaître pour lire le journal? Ou alors, pourquoi mes livres de cours n'utilisent que des autres caractères?

La question est posée.

Romook, "Cent fois sur le métier, tu remettras l'ouvrage".

vendredi 19 mai 2006

Réflexions post nocturnes

Cette nuit, une odeur pestilentielle m'a empêché de dormir.
Ce matin, elle est toujours présente malfré la fenêtre ouverte.
Pas de ciel bleu, mais des gros nuages lourds et pas beaux.
Mon café est bouillant et je me suis brûlé la langue.
J'ai mal au ventre.
J'ai la tête dans le cul.
Je n'ai pas le temps de réviser mes charactères.
J'ai mal au dos.

Comble du tout : je vais être en retard.

Une belle journée en perspective.

Romook, c'est quoi l'essentiel?

jeudi 18 mai 2006

Coup de gueule

Je suis venu en Chine et j'ai rencontré des français, des espagnols, des anglais, des américains, des coréens, des suédois et norvégiens.

Je n'aime pas nos compatriotes à l'étranger parce que :

1 -Ce sont les seuls qui ne s'adaptent pas aux pays et qui voudraient que le pays s'adapte à eux.
2 - Ils ont toujours raison sur tout, surtout quand ils ne savent pas de quoi ils parlent.
3 - Ils existent, avant toute autre chose, et les autres passent forcément derrière appliquant ainsi l'article 4 de la déclaration des drois de l'homme et du citoyen de 1789 qui énonce :

Ma liberté consiste à faire tout ce dont j'ai envie dans le plus grand mépris des règles élémentaires de courtoisie, politesse ou de respect. Je suis français et si les autres ne le savent pas, je vais leur apprendre que, dans mon pays, j'ai le droit de tout faire, y compris manquer de respect envers mes enseignants et ce, au mépris de la règle culturelle qui fait qu'ils ne diront rien parce que leur propre culture leur empêche de devoir affirmer leur autorité.

Oups! Je viens de tomber par hasard sur le texte original :

La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

Sûrement qu'ils n'ont pas appris le bon texte, ils sont pardonnés alors...

4 - Quant on leur fait remarquer qu'is ont un comportement à l'étranger qui est différent de celui qu'ils auraient en France, cochez la réponse française au choix :

a) Personne ne me connaît, c'est sans importance

b) J'ai bien le droit de m'amuser un peu
c) J'ai le droit de vivre, non?

Evidemment, quelques lecteurs probablement choqués trouveront que ce n'est pas parce que j'ai rencontré quelques mauvais énergumènes qu'il faut généraliser. A ceux là je répondrais :

L'échantillon représentatif est d'environ une trentaine de personne fréquentée pendant plus de 8 semaines, à la fois en Angleterre et en Chine. PLUS les nombreux touristes qui me donnent envie de parler anglais pour être sûr de ne pas les fréquenter. En trois phrases, on a compris, si le bruit qu'il faisait avant ne nous avait pas suffisamment alerté sur leur nationalité.

A Londres, quand il y a du bruit dans le métro, c'est systématiquement un groupe de français qui vient de débarquer.

A Beijing, s'il y a du bordel dans un site touristique, devinez qui ont trouve... Et quand je dis français, ce n'est pas francophone, c'est français.

Le côté franchouillard du bidochon à l'étranger ne m'insupporte vraiment que quand il est supposé avoir BAC + 5 et que malgré ça il continue à me prouver qu'il y a le cerveau d'un invertébré, probablement celui d'un lombric.

Aujourd'hui, la coupe était pleine.

Que l'on ne se méprenne pas, si je suis autant en colère, c'est que ma déception est grande. Il n'y a que les gens que l'on aime qui peuvent nous décevoir et nous mettre dans une colère de cette sorte...

En particulier, dans une classe de chinois : cours de langue, étudiants présents : une coréenne (qui ne parle ni anglais, ni français), un espagnol (qui ne parle pas français) et l'enseignante qui parle chinois et un peu anglais.

Non seulement elles discutent entre elles, mais quand on leur fait remarquer qu'elles doivent parler dans une langue que tout le monde comprend - étant entendu quelles parleront quand même pendant le cours, marque d'irrespect suprême pour un enseignant en Chine (mais bon, on s'en fout on est français) - afin que tout le monde puisse les comprendre dans le cours, simplement par politesse. Que croyez vous qu'elles font? Elles continuent en parlant français moins fort.

Ma déception est immense. Ma fureur est sans limite. Après 10 semaines passées à répéter les choses, aucun effet.

Et ceci explique quelques uns de mes billets qui fustigaient les français à l'étranger. D'une nature assez calme, je n'ai fait qu'effleurer les propos crus qui pourraient rapidement se déverser si mon tempérament était plus méditerranéen... J'espère que certains de mes lecteurs qui étaient inquiets de me voir vilipender les français comprendront mieux maintenant.

Romook, bien plus qu'agacé

mercredi 17 mai 2006

Albéniz, Granados, De Falla et moi...

Je suis en train de préparer ma leçon pour demain (je ne sais plus le mot en français!! En chinois c'est yuxi!!) et j'ai de la guitare qui passe sur mon ordinateur... Mallorca d'Albéniz, interprété par Turibio Santos. C'est pas mal, mais j'ai envie de lui dire parfois de rester plus danss la sonorité de base : il y a trop de contraste dans les sons, sans justifications musicales à mon goût. Je suis sévère, je le sais. Surtout que je ne pourrai probablement plus montrer - ou plutôt faire écouter - comment je verrai les choses. Alors du coup je repense qu'il y a 14 ans environ, je donnais un concert à la villa Médicis, près de Florence (Firenze) en Italie.

Ca paraît drôlement loin, vu de la Chine et de mes 30 ans. Et Kai Ye qui veut absolument me faire jouer de la guitare... C'est d'ailleurs lui - payé par Olivier c'est sûr - qui m'a fourni la musique (oh! Mon dieu, maintenant c'est la danse espagnole n°10 de Granados, c'est horribleà écouter : je passe)... L'Hommage à Debussy de Manuel de Falla : interprétation pas mal, un peu molle à mon goût. Bref. Je n'ai pas la guitare dans les mains (mais là, je sais que mes doigts sauraient encore jouer ce morceau : ils jouent chaque note dans ma tête).

Une fois n'est pas coutume : une photo de moi en concert à l'époque. Et on ne rigole pas de la coupe de cheveux.

Romook, exhilé

samedi 13 mai 2006

Antigone : 3 scènes plus tard

Mon Antigone est née. Elle est intelligente, cultivée, mâture et immature, féministe, idéaliste, insolente, sage, rusée, machiavélique... Elle est charmante, fascinante. Je vais tomber amoureux d'elle Déjà trois scènes rédigées et elle a une force que je lui envie. Créon se retrouve face à un modèle d'esprit qu'il admire et l'homme politique succombe sous son charme : elle force son respect.

Je ne donnerai pas de bribe de texte : un tiers de la pièce rédigé correspond à un mauvais brouillon en terme de psychanalise des personnages. Evidemment, le synopsis est déjà en place mais mes personnages m'échappent des mains et ont déjà modifié l'ordre prévu de mes scènes. Hémon, le pauvre, semble bien démuni avec comme seul argument sa future royauté et ses vains sentiments pour Antigone. Qu'a-t-elle à faire de l'amour d'un homme lorsque son destin est déjà tracé? Elle estpar delà l'amour. Elle vise au rétablissement de l'ordre corrompu, tout comme Créon. Deux objectifs identiques et pourtant opposés, les principes fondamentaux les régissant n'étant pas les mêmes...

Pièce éminent politique, mes personnages me surprennent à penser des choses que je ne pensais pas qu'ils diraient. En fait, je suis mûr pour Antigone. Je ne m'en étais pas aperçu. Troublante et intéressante révélation, en même temps, il s'agit d'une expérience singulière. Je pense tout à la fois aux implications de ses idées dans notre société occidentale, française et chinoise également. Trois mondes s'affrontent lorsque j'écris. Mes personnages ne m'autorisent que la censure correspondante aux limites de leurs caractères. C'est jouïssif.

Romook, bientôt une Antigone sur le net en français, puis en version chinoise, puis en version anglaise.

vendredi 12 mai 2006

Commentaire

Il y a une chose que je ne m'explique pas, c'est que les billets faisant référence de près ou de loin au sexe suscitent des commentaires... alors que ceux qui sont plus philosophiques ou sociologiques n'appellent en général aucune réaction. Que dire de mon billet sur la non-coïncidence qui fait directement appel à l'imagination dmes lecteurs - visiteurs ... No reaction... L'imagination n'est-elle stimulée que par le sexe? Après on s'étonne que je ne fais que des billets orientés, mais je pense à l'audimat, bon sang de bon soir!

Romook, mais pourquoi?

jeudi 11 mai 2006

Antigone...

Après mes exploits de rédaction de texte en chinois et de mon expérience d'enseignement à l'université de Wu Han, j'ai décidé de rédiger Antigone en chinois. Bien évidemment, j'ai de vagues souvenirs de la pièce de Sophocle et bons souvenirs de celle d'Anouilh (j'avais joué le rôle de Créon). Seul regret, Racine n'a pas laissé de matériel sur ce thème, sur la tragédie des tragédies... Et en Chine, je découvre une pièce de Racine : Les Thébaïdes... Aurait-il comblé ce manque que j'ai attendu depuis plus de quinze ans...

(...)

Antigone :

Vos intérêts ici sont conformes aux nôtres,
Les ennemis du roi ne sont pas tous les vôtres;
Créon, vous êtes père, et dans ces ennemis,
Peut-être songez-vous que vous avez un fils.
On sait de quelle ardeur Hémon sert Polynice.

Créon :

Oui, je le sais, Madame, et je lui fais justice;
Je le dois, en effet, distinguer du commun,
Mais c'est pour le haïr encor plus que pas un.
Et je souhaiterais, dans ma juste colère,
Que chacun le haït comme le hait son père.

Antigone :

Après tout ce qu'a fait la valeur de son bras,
Tout le monde en ce point ne vous ressemble pas.

Créon :

Je le vois bien, Madame, et c'est ce qui m'afflige;
Mais je sais bien à quoi sa révolte m'oblige;
Et tous ces beaux exploits le font admirer,
C'est ce qui me le fait justement abhorrer.
La honte suit toujours le parti des rebelles;
Leurs grandes actions sont les plus criminelles,
Ils signalent leur crime en signalant leur bras,
Et la gloire n'est point où les rois ne sont pas.

Antigone :

Ecoutez un peu mieux la voix de la nature.

Créon :

Plus l'offenseur m'est cher, plus je ressens l'injure.

Antigone :

Mais un père à ce point doit-il être emporté ?
Vous avez trop de haine.

Créon :

Et vous trop de bonté.
C'est trop parler, Madame, en faveur d'un rebelle.

Antigone :



L'innocence vaut bien qu'on parle pour elle.

Créon :

Je sais ce qui le rend innocent à vos yeux.

Antigone :



Et je sais quel sujet vous le rend odieux.

Créon :

L'amour a d'autres yeux que le commun des hommes.

(...)

Voilà, c'est beau, non? Mon problème, c'est que mon Antigone ne peut pas avoir un caractère trempé dans la tragédie comme celui là. Evidemment, elle sera forte, mais avec des hésitations. Je sais pas. J'ai plein de question. Il y a sept ans environ je m'étais attablé à une Antigone. Et puis, j'ai laissé tombé considérant que j'étais trop jeune. Aujourd'hui, je suis toujours pas mûr pour Antigone je pense... Je me fracasse littéralement sur la beauté de la pièce. Eparpillé en mille morceaux, comment arriver à construire des personnages qui ont du coffre. Pour une pièce comme Antigone, il faut des personnages trempés dans le feu des sentiments humains.

Bon, j'ai pris des notes. Je vais l'écrire car ma prof de chinois l'attend pour lundi matin. Utilité : je vais utiliser beaucoup de mots juridiques utiles...



J'adore la tragédie.

Romook, bébé tragédien