Comme je l'écrivais dans mon dernier billet, ma vie bascule en ce moment. Incertitudes professionnelles, pour quelques mois, qui pourraient avoir un énorme impact sur ma vie personnelle. Passer d'une situation indépendante à celle de salarié reste un challenge conceptuel important. Le problème n'est pas tant que je souhaite faire cavalier seul : la contrainte réside plutôt dans le fait de m'engager dans une "équipe" - car c'est ainsi que je qualifie une entreprise - en toute confiance. Ces dernières années, j'ai été particulièrement déçu par les entités pour lesquelles je m'étais investi. La reconnaissance que j'aurais pu attendre n'était non seulement pas présente, mais bien au contraire, j'ai reçu des marques détestables d'irrespect pour un travail de longue haleine effectué avec la volonté de construire l'avenir. J'ai effectué des choix personnels de carrière pour promouvoir des projets que j'étais seul à pouvoir mener pour constater qu'un jour il était jeté aux orties, sans un regard de compassion... Et moi avec... Et l'histoire se répète encore pour la seconde fois cette année. Il y a une fatigue persistante et insidieuse qui s'est installée en moi, de ce fait. Vais-je savoir rebondir et sentir qu'on m'accorde une véritable confiance qui me donnera envie de me surpasser ? Vais-je avoir à nouveau envie de donner le meilleur de moi-même, juste par désir de faire avancer le navire ?

Sincèrement, je l'espère.

Romook, en pleine tempête