Je suis arrivé à Wuhan depuis maintenant cinq jours. Je tousse de plus en plus. Mon nez est complètement encombré et impossible à dégager. Un étau enserre mon crâne. De toute évidence, mon corps lutte contre l'environnement. Je suis épuisé et incapable de me reposer. Encore trois jours avant de quitter définitivement Wuhan. Je suis en train de faire mes adieux aux personnes que je connais depuis onze années. J'ai vécu beaucoup de beaux moments, j'ai même demandé en mariage une femme (c'est dire les expériences incroyables auxquelles j'ai dû faire face!), mais je crois que ma santé sera touchée profondément si je reste ici. Je suis évidemment triste. La Chine a été pour moi un révélateur de beaucoup de chose. J'y reviendrai dans d'autres billets. Samedi, je serai à Hong Kong, avec une connexion internet normale. Il me tarde d'être dans l'avion.

Romook, triste