Et bien voilà, me revoilà! Envie d'écrire aujourd'hui. Tout simplement pour vous faire partager (tiens je me suppose encore un visiteur) mon plaisir de lire les "polaroïds" de Marie Richeux. Depuis un peu plus d'un an, j'ai redécouvert France Culture. J'en viens à regretter que le métier d'auditeur professionnel n'existe pas car, sans hésiter, j'irai postuler.

Pour ceux qui ne connaissent pas, un polaroïd c'est une image à entendre avec ses oreilles, un amoncellement de mots et de sonorités qui, tout bout à bout, forme dans la pensée un instantané de vie, comme un cliché volé, fugace instant imagé. Alors oui, je n'écris plus sur mon blog, mais je lis. Et j'écris, ailleurs, constamment, comme une seconde vie que je vivrai en double. Un prêt de plume pour exprimer des souhaits, des désirs, des envies. Pour présenter des maux et des mots, en d'autres termes que ceux inappropriés qu'utiliseraient les héros de ces histoires que je narre, ou pour sublimer les mots que ceux qui écrivent aiment à aligner, coordonner ou encore agencer pour des lecteurs aillent se noyer dans des lectures inavouées.

J'ai toujours eu plusieurs casquettes, mais ces trois dernières années ont été plus que chargées. De tremblement de terre de vie à contraintes professionnelles harassantes, j'ai eu en quelques mois un rattrapage pour toute la chance accumulée depuis ma naissance. Il fallait bien un équilibre. Aujourd'hui, il semblerait que le ciel s'éclaircisse. Je reste vigilant.

Romook, une tête qui surnage encore