Depuis quelques temps, j'ai ouvert un nouveau blog (pas drôle, pas amusant, sur l'informatique, bref, juste geek). J'y écris de temps en temps, avec toutefois une régularité qui dépasse largement celle de ce blog-ci.

Toutefois, cher lecteur inconnu, je me dois de t'indiquer que j'ai commencé à gravir un Everest intellectuel et que j'y prends un véritable plaisir. Je fais une thèse dans un domaine éloigné des mathématiques et de l'informatique. Me connaissant, le meilleur moyen de me donner le goût de terminer cette thèse, était de prendre les chemins de traverse que représentent ces deux dernières matières. Mon stratagème a réussi puisque je me suis retrouvé face à ma thèse, sans même m'en rendre compte, avec des problèmes de logique fondamentale à résoudre qui dépasse mes espérances en terme mathématique. Pourtant, je le répète, ma thèse étant en droit, il semble que rien ne la relie à cet exercice de logique fondamentale auquel je vais devoir m'atteler.

Ce qui me paraît d'autant plus extraordinaire, c'est que j'ai retrouvé le goût pour les problèmes complexes (que dis-je, surhumain) et que je vais y confronter mon esprit et essayer de confondre mon intelligence dedans. Ce qu'il y a d'extraordinaire, c'est qu'avec ma faculté de concentration, ce problème qui a priori est irrésolu depuis toujours, dont l'existence de la solution est même niée, me semble être l'affaire de deux ou trois semaines de travail et de réflexion maximum. C'est pourquoi devant mon ambition démesurée - et corrélativement de l'orgueil encore plus démesuré qui l'accompagne - j'ai décidé de prendre à témoin l'ensemble de l'humanité (potentiellement bien sûr) de mon engagement à trouver une solution à ce problème. Le seul regret que j'ai, c'est de ne pas pouvoir partager autrement qu'au travers d'une simple phrase la problématique qui m'anime : le droit est-il un ensemble axiomatique ?

Si j'arrive à axiomatiser le droit et à y appliquer l'ensemble des règles auquel je pense, j'aurais réussi à éluder de ma thèse une grande partie de mon travail de recherche en déduisant des résultats de cette première conclusion. Comme ma thèse doit être terminée à la fin de l'été, soit j'arrive à démontrer ce que j'ai énoncé, soit je vais être contraint de travailler jour et nuit dans un travail de fourmi sans fin pour terminer ma thèse.

"Les mathématiques, c'est remplacer du compliqué par du simple" disait mon professeur de mathématiques, Jean Bertheloodt. Et il nous disait également qu'en mathématiques, il fallait être fainéant pour être efficace. Et bien j'ai toujours crû en ce qu'il disait. C'est aujourd'hui le temps de la mise en application par l'exemple.

Bons baisers de l'altitude :-)

Romook