Chères lectrices et chers lecteurs,

Quelques informations de dernière minute pour ce week-end...

Rappel : Samedi 4 et Dimanche 5 octobre, Grand Trail du Nord. Qu'est-ce que c'est? 136 km entre Leffrinckoucke et Lille, dont 8 km de plage et de dunes environ, 19 km de grimpette à travers le Mont Cassel, le Mont des Cats et le Mont Noir, un passage rapide par le trou du diable, une bonne vingtaine de km de bitume et tout le reste en chemin forestier, rurale et autres joyeuseries... Bref, une traversée du nord au milieu du Nord, que du bonheur !

Rappelons que cette course - qui va se dérouler pour la première fois - est une course à pied avec interdiction d'avoir un suiveur en vélo... Le départ est donné à 5h00 du matin le samedi et la dead-line se situe le dimanche à 13h00, soit 32h maximum pour rallier les deux points avec l'aide de ses seuls pieds. En l'occurence, les miens :-)

Il y a 8 points de contrôle sur le parcours qui sont les suivants :

* CP1 : Rue des peupliers, Ghyvelde
* CP2 : Stade de foot de Bergues
* CP3 : Wormhout : rue Rubrouck
* CP4 : maison des associations de Terdeghem
* CP5 : Salle de Godewaersvelde
* CP6 : Salle Mille club, Rue Nathalie Dumez, Bailleul
* CP7 : Complexe Sportif Leo Lagrange en bordure de Canal, Armentières
* CP8 : Quesnoy s/ Deûle : Salle municipale pres du club de Kayak


Arrivée : Lambersart derrière le Hockey club (Citadelle de Lille) A ces 8 points, j'ai la possibilité d'être ravitaillé, soigné, etc... et abandonner le cas échéant. L'abandon est toujours possible. Ne l'oublions pas : il s'agit d'une épreuve extrême. Ma plus longue distance courue à ce jour est 59 km en 8h44' dont 19 km de dénivelé équivalent (à mon humble avis) à ce que je vais rencontrer sur les 3 monts... Toutefois, la météo, les conditions physiologiques dues à la fatigue ou le mental peuvent être à l'origine d'un abandon - sans même évoquer le cas fortuit : la foudre qui me tombe sur la tête ou une simple entorse... Bref, l'abandon est une donnée de la course. J'en suis conscient.

Il y a toutefois des joies que j'aurais pendant cette course qui me donneront envie d'aller au plus loin. La possibilité de découvrir ma région selon un angle inédit et exceptionnel en est un... Quelque soit le résultat donc, les images engrangées seront déjà une belle récompense. Attendez vous à avoir un compte rendu important, avec normalement photo à l'appui. Quand on voit ce que je peux raconter pour un semi marathon, qu'est-ce que ça va être pour 136km...

Les épreuves d'ultra marathon sont presque toujours une réussite lorsqu'on les considère comme un sport d'équipe, sachez que je serai donc accompagné sur le parcours... Qui? Comment ? Mon ami JC m'accompagnera toute au long de cette course - en espérant que cette dernière ne le retarde pas trop pour qu'il puisse se rendre à Hazebrouck le lendemain midi... A l'aide de mon véhicule, il transportera tout le matériel qui pourrait m'être (ou me sera) nécessaire pendant la course, à savoir : tee shirt, paires de chaussette, paires de running adaptées à différents terrains, nourriture, boissons, médicament en tout genre... sans oublier l'essentiel : sa présence.

Afin que chacun soit rassuré sur les conditions de sécurité de cette course, sachez qu'il y a un numéro d'appel pour abandonner à tout instant avec équipe de rapatriement le cas échéant. Le corps médical sera présent tout au long de cette course également. A ce niveau-là, tout va bien. Cela signifie aussi que j'ai l'obligation d'emmener mon téléphone portable. Réservé au cas d'extrême urgence et aux communications avec JC, je ne consulterai pas les messages vocaux donc veuillez ne pas en laisser, merci d'avance :-) Préférez le sms si vous devez m'envoyer un mot d'encouragement. La course peut durer théoriquement 32h et j'aurai besoin de mon portable jusqu'au bout. La batterie n'étant pas extensible (je n'en possède qu'une que je ne rechargerai pas en route, mon système de dynamo sur jambes n'ayant pas été homologué...), il est important que je la préserve. Par ailleurs, et sans mauvaise foi de ma part, sachez que si je cours avec un lecteur MP3 sur les oreilles, il y a peu de chance que j'entende votre appel, aussi merveilleuses soient-elles les paroles que vous alliez me prononcer dans le creux de l'oreille.

Bref, comment faire pour savoir si je suis vivant ou mort, ou simplement me signifier que vous pensez à moi ? Un seul numéro : 06 37 91 42 05. C'est la JC "hot-line", la JC "Assistance", JC "A la droite du Père". Vous l'aurez compris, c'est lui qui aura la charge de me transmettre tout vos petits mots, vous rassurer ou vous inquiéter le cas échéant sur ma condition physique, les conditions de la course (météo, abandon des autres concurrents, etc...). On va essayer de s'arranger pour qu'il ait deux batteries afin de pouvoir tout faire. En tout cas, entre lui et moi, pas de secret, vous pouvez donc tout lui dire : il est à même de l'entendre. Et si vous ne l'en croyez pas capable, imaginez qu'il me fréquente assidûment depuis plusieurs années... Convaincu(e) j'espère...

Outre ce rôle clé entre la vie intérieure de la course et le monde extérieur, une deuxième tâche lui ait dévolu. S'il a accepté de m'accompagner dans cette aventure, c'est parce qu'il sent/sait/connait l'importance de cette course à mes yeux. Je ne sais pas ce que je vais y trouver au bout, hormis la ville de Lille. Une chose est certaine : je serai "autre". Et il a envie de voir cette métamorphose se produire. Comme la fatigue physique peut (va) faire disparaître une partie de ma lucidité, c'est lui qui me précognisera l'abandon le cas échéant. Grande responsabilité, certes, mais je sais qu'il ne me poussera pas à la légère dans cette voie. Je lui fais confiance et je l'écouterai.

Faire une course comme celle-là, c'est faire le choix de la liberté, d'une certaine forme de liberté. Liberté d'esprit tout d'abord, en repoussant les limites du raisonnable et de ce que l'on se croit capable de faire. Liberté de mouvement également, en se rendant compte physiquement que l'on peut aller loin, simplement avec ses pieds, que le voyage est à la porte de notre maison et qu'il suffit de l'enjamber pour le rejoindre. Liberté de l'esprit sur le corps enfin, parce que ce n'est plus le corps qui va choisir le plaisir et subir la douleur, c'est l'esprit qui va maîtriser ce processus pendant quelques heures. C'est ça l'esprit de l'ultra.

Quelques chiffres avant de terminer :

Septembre 2008 : j'ai couru 198 km pour un total de 17h35.
Août 2008 : j'ai couru 276,5 km pour un total de 27h34.
Je devrais brûler un peu plus de 15 000 Kcal sur la journée, boire un peu plus de 10 litres d'eau, manger plus de trois kilos de barres de céréales, pain d'épice, sandwich et autres gourmandises.

Si la météo est clémente, je devrais arriver (sauf problème) vers 23h30 à l'arrivée pour un temps total de 18h30' de course, dont 15h00 passé à courir, les 3h30' restantes étant consacré à du repos (manger, boire, discuter, changer les sparadraps des pieds, prendre connaissance des news du monde extérieur...). Ceux qui sont intéressés par venir me voir au point de ravitaillement sont donc invités à se mettre en relation avec JC pour savoir à quel heure j'arriverai et où le cas échéant. Idem pour l'arrivée : ne venez pas sans savoir à quelle heure j'arrive réellement... Dans l'ultra plus que dans le reste, y a la théorie et la pratique :-)

Pour en savoir plus sur la course : http://raidsahara.com/Traildunord.htm

Un grand merci à JC.

Romook, ultrarunner