Depuis quelques temps, tous les lecteurs, qu'ils soient avertis ou non, auraient remarqué une désertion manifeste de ses pages par l'ectoplasme Romook qui les hante pourtant de manière très régulière depuis quelques années. Est-ce à dire que le Poltergeist a été exorcisé ? Renvoyé au fin fond de ses limbes immatérielles ? Que nenni. Et pourtant, dans les profondeurs de l'être, quelque chose se produit qui se détache probablement du blog. Qu'est-ce donc?

Tout d'abord, une énorme fatigue, une sorte de ras-le-bol général et nerveux, a nécessité des vacances. Juste avant mon dernier voyage en Chine, je passe à la pharmacie pour acheter quelques produits dopants pour mon intellect que je trouvais déclinant... Ma pharmacienne, une femme qui me connaît depuis plusieurs années, me regarde et me demande si j'ai pris des vacances récemment. Je réponds avec ma blague habituelle, lourde de sens, : "Des vacances ? Ce mot ne fait pas partie de mon vocabulaire ? Ca signifie quoi déjà?" Et contrairement à son habitude, plutôt que de sourire, elle me regarde gravement et me répond que TOUT LE MONDE a besoin de vacance. Je me renseigne donc sur le contenu de ce concept.

J'ai bien effectivement de me faire préciser les choses car, du plus loin que je m'en rappelle, mes vacances ont toujours été pour moi l'occasion de réaliser le dernier projet que j'avais en tête, et que je n'avais pu mettre en œuvre auparavant faute de temps. Le temps des vacances étant généralement court, j'étais obligé de faire vite et de 'travailler' sur le projet de manière d'autant plus intense... Bref, alors que pour moi il s'agissait d'un amusement, il est vrai que mon corps - et peut-être aussi mon cerveau qui est malgré tout un organe subissant de la fatigue - a dû subir plus d'une fois mes humeurs créatrices en vacances, entrecoupées de nuits blanches et de journées de travail non-stop... Bon, alors, qu'est-ce que les vacances ?

"Les vacances, c'est ne rien faire. Se reposer." Là, je dois avouer mon incompréhension. Comment peut-on ne rien faire ? Tout est source d'activité. "Vous prenez un livre, mais quelque chose de simple, pas de la philosophie ou des mathématiques. Un roman par exemple. Quelque chose qui vous donne du plaisir. Vous pouvez discuter avec des amis. Prendre le soleil. Ecouter de la musique. Des choses simples, mais qui ne vous procure qu'une activité intellectuelle réduite." Ca, c'était un vrai défi. Etre en vacance.

Arrivé en Chine, j'ai tenté l'expérience des vacances. Emmenés dans ma valise, des romans fantastiques, très peu de dossier, mon ErHu. J'ai lu, dormi, bu du thé dans mon salon de thé magique, pris des cours de ErHu, jouer du ErHu, peu écrit sur mon blog et presque pas travailler pour la France. Mes cours étaient succincts, mais suffisants. J'ai été en vacance. Ça n'a pas été terrifiant. Je crois avoir réussi à me reposer. Je suis revenu plus en forme, mais avec une certaine nonchalance intellectuelle qui me poursuit encore vingt jours après mon retour... C'est pourquoi je ne reprends pas le rythme de mon blog probablement. J'ai eu quelques velléités d'articles, mais je n'ai pas réussi à concrétiser mes idées, alors j'ai mis au panier mes brouillons.

"Vous n'avez besoin de rien d'autres que de vacance, vous faîtes sûrement un peu de surmenage. Avec toutes vos activités, si vous n'en faîtes pas aujourd'hui, vous en ferez plus tard." Ma pharmacienne, qui a probablement une petite soixantaine d'années, est une femme d'expérience. Je lui ai fait confiance. Je me suis reposé. Je reprends aujourd'hui la plume pour que personne ne soit inquiet de ma disparition bloguesque. C'est parce que je vais bien que je n'écris pas. D'habitude, j'écris surtout quand je vais bien. Donc, justement, là, ça méritait d'être dit.

Maintenant que cette mise au point nombriliste est terminée. Je vais reprendre le cours de la vie - et probablement celui de mon blog. Je vous raconterai quelques découvertes intellectuelles que j'ai faites sur la création littéraire pendant mes vacances (parce que vous avez vraiment crû que j'étais vraiment vraiment en vacances ;-) )

Romook, le retour virtuel