Internet n'est pas tout à fait la réalité. Internet permet de créer des relations sociales intéressantes - et peut même permettre de développer de nouvelles amitiés et /ou de faire migrer ses amités sur de nouveaux plans. Mes lecteurs habituels se sentiront probablement visés et ils auront raison... Néanmoins, il ne faut pas croire que les relations hydilliques soient les seules que l'on rencontre. Parfois, on est agressé. On peut être déçu. On peut en mourir.

C'est ce que nous apprend l'actualité avec une effroyable nouvelle. J'écoutais la BBC lorsque ce cas international m'a intéressé. Une jeune américaine (13 ans) s'est suicidée suite à la rupture de la relation virtuelle qui était entretenue avec un jeune américain de 16 ans rencontré grâce à MySpace...

Mais l'affaire n'est pas aussi simple : la perversité humaine reste encore un sujet d'exploration qui nous réserve ici encore bien des surprises... Evidemment, j'aurais pu disserter sur une application pratique de Gombrowicz de sa fameuse phrase : "Il y a quelque chose dans la conscience qui en fait un piège pour elle-même." Subrepticement, je vous aurais abreuvé de théories complexes sur la notion de réalité, sur celle de relations subjectives interpersonnelles, sur l'emprise de l'image que l'on se fait de la réalité sur l'esprit, mais aussi de la notion de virtualité, sans oublier de parler - puisque le sujet s'y prête allégrement - de l'amour platonique (qui est finalement un condensé de tous ces concepts réunis).

Mais non, pour votre plus grand désolement, je ne traiterai pas de tout ça. Pour les curieux qui auront fait l'effort de l'article en anglais, ils sauront déjà de quoi je vais parler. Pour les anglophobes - ou les fainéants ou les non-curieux, les différentes catégories pouvant être cumulées - sachez que le garçon de 16 ans n'existe pas. Non, a priori, c'est une femme américaine de 49 ans, voisine de la petite jeune fille, qui se faisait passer pour ce jeune garçon de 16 ans. Amusant, non?

Evidemment, j'en vois déjà qui se courroucent devant tant d'infamie. Toutefois, il faut encore monter un cran dans l'horreur en précisant que cette femme était une voisine de la jeune fille... Le Procureur de la République (son équivalent américain) s'est donc saisi de l'affaire. Reconnaissant que cette petite affaire est riche en potentialité d'exploration. Je me contenterai de vous livrer l'information de manière brute, sans plus d'analyses romookiennes. Pas le courage...

Force est de constater que l'actualité est riche d'évènements dramatiques.

Romook, relais de l'information internationale