Ce midi, après mes 4 heures de droit fiscal, avec trois étudiants, mon chauffeur et la directrice des études, nous déjeunons ensemble. Ces petits repas, au ton cordial, sont souvent l'occasion de découvrir de nouveaux aspects de l'âme chinoise. Le chauffeur, un homme un peu bourru avec un grand cœur, se lance dans une tirade dithyrambique sur les langues. Je ne comprends pas grand chose sinon qu'il y ait question de langue chinoise et de langues étrangères. Étonnamment, il ne fait aucun effort pour que je comprenne, contrairement à son habitude. Il s'échauffe, tout seul, comme un grand, finissant en brandissant les bras au-dessus de la table tout en sautillant sur sa chaise.

Romook : Qu'est-ce qu'il a dit?

Fou rire de mes étudiants qui commencent par ne pas vouloir traduire. Puis l'un d'entre eux se lance.

L'un d'entre eux : Il a dit que la langue chinoise était la plus complexe du monde et qu'à cause de ça on aurait jamais de prix Nobel de littérature.

Romook : Pardon?!

LUDEE : Oui. Aucune personne sur terre ne peut apprendre la langue chinoise car c'est une langue ancienne qui existe depuis plus de cinq mille ans.

R : Pourtant, vous avez eu un prix Nobel de littérature.

Fou rire de mes étudiants. Ils traduisent ma phrase. Et le chauffeur surenchérit avec beaucoup de convictions. Il me regarde droit dans les yeux, parle vite, avec un accent bien de chez lui : je souris, je ne comprends rien.

LUDEE : Il a dit que ce n'était pas possible parce que les 4 livres de la Chine n'ont jamais été prix Nobel, ce qui prouve bien qu'il n'y aura jamais de Prix Nobel de la littérature en Chine. Ce sont les occidentaux qui manœuvrent le comité pour paraître les plus intelligents, mais ils ne comprennent rien à la culture chinoise et n'y comprendront jamais rien. Tant qu'il n'y aura pas de chinois dans le comité des prix Nobel, il n'y en aura jamais pour la Chine. Sinon, cela ferait des millénaires que l'on aurait des prix Nobel.

R : Mais, d'abord, ce n'est pas possible d'avoir des prix Nobel depuis des millénaires car ça n'existe que depuis très peu de temps et, ensuite, vous avez déjà un prix Nobel de littérature qui s'appelle Gao Xingjian. Ca date des années 2000, 2001 ou 2002 je ne sais plus.

Stupeur autour de moi. Traduction. Réponse animée. Je suis toujours dans un black-out linguistique total. Je m'en vais leur faire leur cours de droit fiscal en ch'ti la prochaine fois si ça continue.

LUDEE : Il dit que c'est impossible car, de toute façon, personne ne peut comprendre la langue chinoise car elle est trop complexe. La preuve, c'est qu'il y a eu une constitution internationale qui a été rédigée : il n'a fallut qu'un tome pour la langue chinoise alors qu'il en a fallu trois pour rien que pour la langue française.

Romook a la moutarde qui lui monte au nez, une fois n'est pas coutume.

R : Il y a bien eu un prix Nobel de la littérature chinoise, ça c'est sûr. Le fait que vous ne soyez pas au courant, ne prouve pas le contraire et a plutôt pour cause votre inculture : ouf je ne l'ai pas dit! Ensuite, la taille n'a rien à voir avec la complexité, c'est plutôt due au côté pratique des caractères qui tiennent tous dans un petit carré, ce qui permet d'économiser beaucoup de place à l'impression. Vous qui parlez français, vous vous rendez bien compte que c'est plus court d'écrire 下雨 que "il pleut." Par ailleurs, si on devait comparer, on pourrait probablement dire que la langue chinoise est bien adaptée à la poésie du fait de son imprécision, mais certainement pas aux choses complexes. Vous ne trouvez pas qu'avec les conjugaisons, on obtient un niveau de précision plus important dans une discussion ?

LUDEE : Oui, mais c'est difficile les conjugaisons.

R : Peu importe. Vous savez bien que, même quand vous parlez entre vous, entre chinois qui parlent bien le chinois, vous avez des difficultés à vous comprendre si vous ne dîtes pas assez de phrase.

LUDEE : Oui, mais c'est parce que beaucoup de sons identiques sont des mots différents, alors on se perd dans les sens.

Et on a ri tous ensemble.

Romook, Les lettres chinoises