Le premier épisode...

Il se demanda pourquoi il avait raccroché. Ca n'avait aucun sens. Il avait une boule dans le ventre, comme si c'était de la peur. Il avait envie de l'appeler et, en même temps, pas envie de lui parler. Ou plutôt, il voulait la voir, la regarder, mais sans qu'elle puisse le remarquer. Il voulait être près d'elle. Tout ça était très bizarre. C'était la première fois qu'il ressentait ces étranges sensations et il n'arrivait pas à les déchiffrer. Ca n'avait tout simplement aucun sens.

Il regarda les livres qu'il avait inlassablement accumulé tout autour de lui, comme une fourmi prépare l'hiver. Il ne trouverait pas de réponse dedans. Qu'est-ce que cela pouvait bien signifier ? Il décida de prendre l'air tout en jetant un dernier coup d'oeil sur le téléphone. On l'observait dans l'appartement. Tous les objets semblaient se moquer de lui. Le téléphone, effronté, semblait lui tendre un piège.

Il ouvrit la porte, mais la sonnerie du téléphone retentit. Une fois. Deux fois. Sortir ou répondre au téléphone ? Trois fois. Pourquoi ne pas répondre ? Quatre fois. Mais si c'était elle. Cinq fois. Il s'approcha du téléphone comme d'une bombe prête à exploser à chaque instant. Six fois. Il posa sa main sur le combiné et inspira profondément. Sept fois.

"Wei?

- Allo ?! C'est Jean ?

- Shi... oui, pardon Thérèse.

- Je n'ai pas compris ce que tu disais... Sûrement la ligne qui est mauvaise.

- Non, non, c'est parce qu'en chinois, on dit "wei" pour dire "Allo". C'est tout.

- Tu m'as appelé ?"

La question qu'il ne voulait pas entendre. Comment répondre ? Dire "oui" et devoir expliquer pourquoi il a raccroché. Dire "non" et se ridiculiser car il était évident qu'elle savait. "C'était une erreur." Panique. En prononçant ces mots, il sentait confusément qu'il donnait une réponse bien plus idiote que toutes celles qu'il avait cherché à éviter.

"Une erreur ? Qu'est-ce que tu veux dire par là?

- J'ai trouvé le numéro sur le papier qui était au fond de ma poche et je me demandais à quoi il correspondait. J'ai essayé. Et je me suis aperçu que c'était toi.

- Ah."

La voix de Thérèse venait de s'assombrir. Un voile recouvrait maintenant la conversation. Il sentit qu'une distance infinie venait de s'installer entre eux. Elle ne disait plus rien. Leur non-conversation était pesante. Il fallait faire quelque chose.

"Je ne me sens pas bien Thérèse. Ca ne va pas trop bien je crois.

- ...

- En fait, je voulais t'appeler, mais au moment où je t'ai entendue, j'ai pris peur et j'ai raccroché. Je ne sais pas ce qui se passe. C'est bizarre. Depuis que je t'ai recroisé. J'ai des sensations étranges. Je ne sais pas ce que ça veut dire.

- Des sensations étranges ?...

- Oui. J'ai envie de te voir, mais en même temps, ça m'inquiète. Je ne comprends rien. Je ne sais pas ce qui m'arrive. C'est la première fois que je vis une telle situation. Enfin, ça m'arrivait quand on était à l'Ecole, mais depuis non. Déjà à l'époque, je ne comprenais pas.

- Je vois. Et bien, je te propose que nous allions dîner ensemble et tu me raconteras tout ce que j'ai loupé pendant toutes ces années. Une chose est sûre, ce n'est pas en raccrochant ou en t'éloignant de moi que tu comprendras mieux. Ce soir, ça te va ? Tu sais, je pars bientôt. Alors?

- D'accord."

Ils fixèrent un rendez-vous dans un petit restaurant qu'il aimait bien. Un restaurant coréen. On y mange assis et les plats sont étonnants. Le restaurant était plus calme qu'un restaurant chinois. Il avait besoin de calme. Il se sentait mieux. Il était impatient. Il ne comprenait toujours rien, mais ça faisait du bien.

"...tu me raconteras tout ce que j'ai loupé pendant toutes ces années..." Cette phrase l'intriguait. Comment il allait pouvoir raconter toutes ses recherches au restaurant. Il aurait besoin de documments. Mais, il semblait y avoir un autre sens dans cette phrase. Jean était perplexe. Il regarda sa montre. Encore trois heures à attendre.

Romook, à suivre...