Romook, ectoplasme bloguique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 31 juillet 2007

Moving professional life

I have some changes in my professional life. I just finish to speak with an english man who lived and worked in London (his job is similar as mine). He said there are a lot of chances for a man like me to have such an interesting job in London. But, you know, dear reader, I really enjoy my life here and it was a choice to be in Lille. Neverthless, i cannot say this idea to go across the sea isn't interesting. It depends maybe about the conditions. I have to think about it.

I know I could have some very good opportunities in London to do a kind of work I really enjoy. But, but, but... The life in London isn't very funny as I remember. See my blog in january and february 2006 and you could understand what I want to explain... So, I don't know. Live abroad could have some interesting faces for my mind. I know it. Perhaps, it could be an open door on the other professional landscape. Need to think about it, Romook, need to think about it...

I have to confess I really like to beat against challenges. Go abroad is one of the biggest mountain to climb for me. Especially if it is for professional life because you cannot anticipate if it' for a long time or for a short time. So, all need to be check to avoid some problems... But, future is future and never one is able to expect all.

I will think seriously about this idea to go abroad. Hong Kong is an ancient colony of the Crown... The link with China is a common way... Expect project, Romook, expect project...

Romook, thinking about his future...

lundi 30 juillet 2007

Deleted msn blog

Today, I delete my msn blog. It was the "father" of this. Now, I know it is important to turn the page of this period. Why ? Probably because all I begin need to switch one day in another thing. So, it was a litle blog on msn. After, I realized it was not a good tool to explain all I want. I changed for here. Now, for all my visitors, everyone can let a comment.

But I 've seen a lot of them who said "not using msn, not able to write comments" didn't write something here. But, this change was a good experience. I'm looking for a new picture of my blog (I like Bob the sponge, but it's not mine)... and i didn't find a new marvellous one. Need to be more patient. Maybe it's because my blog is a journal more than a blog and I have no idea about what the view of my blog is. Some visitors could help me to find some new ideas perhaps. Neverthless, I know I need to create my own space. So, foreign ideas will stay like foreign ideas and couldn't become mine... Maybe, one day I understand what I want... Now, you've only one blog called romook. Me too, of course.

Romook, blog destructor

Complementary reflexion about driving behaviours

Yesterday, I told you about specific unwritten rules in Poland. So, I could give you an explanation found in a book called "Watching the English", from Kate Fox (I liked this book). In page 7, the author explained in a paragraph titled "Trust me, I'm an anthropologist", something very interesting. All the book is interesting and amuzing, so you need to reach it if you haven't.

"Trust me, I'm an anthropologist

By the time we left England, and I embarked on a rather erratic education at random sample of schools in America, Ireland and France, my father had manfully shrugged off his disappointment over the chimp experiment, and begun training me as an ethnographer instead. I was only five, but he generously overlooked the slight handicap : I might be somewhat shorter than his other students, but that shouldn't prevent me grasping the basic principles of ethnographics research methodology. Among the most important of these, I learned, was the search for rules. When we arrived in any unfamiliar culture, I was to look for regularities and consistent patterns in the natives' behaviour, and try to work out the hidden rules - the conventions or colective understandings - governing these behaviour patterns.

Eventually, this rule-hunting becomes almost an uncouncious process - a reflex, or, according to some long-suffering companions, a pathological compulsion. Two years ago, for example, my fiancé Henry took me to visit some friends in Poland. As we were driving in an English car, he relied on me, the passenger, to tell him when it was safe to overtake. Whithin twenty minutes of crossing the Polish broder, I started to say : 'Yes, go now, it's safe.' even when there were vehicles coming towards us on a two-lane road.

After he had twice hastily applied the brakes and aborted a planned overtake at the last minute, he clearly began to have doubts about my judgement. 'What are you doing ? That wasn't safe at all! Didn't you see that big lorry ??' 'Oh yes' I replied, 'but the rules are different here in Poland. There's obviously a tacit understanding that a wide two-lane road is really three lanes, so if you overtake, the driver in front and the one coming towards you will move to the side to give you room.'

Henry asked politely how I could possibly be sure of this, given that I had never been to Poland before and had been in the country less than half an hour. My response, that I had been watching the Polish drivers and they all clearly followed this rule, was greeted with perhaps understandable scepticism. Adding 'Trust me, I'm an anthropologist'. probably didn't help much either, and it was some time before he could be persuaded to test my theory. When he did, the vehicles duly parted like the Red Sea to create a 'third lane' for us, and our Polish host later confirmed that there was indeed a sort of unofficial code of etiquette that required this.

My sense of triumph was somewhat diluted, though, by our host's sister, who pointed out that her countrymen were also noted for their reckless and dangerous driving. Had I been a bit more observant, it seemed, I might have notices the crosses, with flowers around the base, dotted along the roadsides - tributes placed by bereaved relatives to mark the spots at wich people had been killed in road accidents. Henry magnanimously refrained from making any comment about the trustworthiness of anthropologists, but he did ask why I could not be content with merely observing and analysing Polish customs : why did I fell compelled to risk my neck - and, incidentalluy, his - by joining in ?

I explained that this compulsion was partly the result of promptings from my Inner Participant, but insisted that there was also some methodology in my apparent madness. Having observed some regularity or pattern in native behavioour, and tentatively identified the unspoken rule involved, an ethnographer can apply various 'tests' to confirm the existence of such a rule. You can tell a representative selection of natives about your observations of their behaviour patterns, and ask them if you have correctly identified the rule, convention or principle behind these patterns. You can break the (hypothetical rule), and look for signsof disapproval, or indeed active 'sanctions'. In some cases, such as the Polish third-lane rule, you can 'test' the rule by obeying it, and note whether you are 'rewarded' for doing so."

So, I need to add I haven't seen these flowers bordered the road. Thus, You need to know these rule is not apply on every road. The main road - national perhaps - have some urgent lane. So, the roads are more bigger than ours. It could explain this particular rule of driving behaviour.

Romook, ethnologist driver ?

dimanche 29 juillet 2007

Comportements autoroutiers

Après avoir passé plus de vingt heures sur les autoroutes françaises, belges, allemandes, luxembourgeoises et polonaises ces deux dernières semaines, je m'interroge sur la notion de sécurité routière. Point n'est besoin de rappeler que les lois sont influencées par l'environnement social, ainsi que l'avait démontré Montesquieu dans l'Esprit des Lois.

La limitation de vitesse est l'un de ces facteurs que nous pouvons étudié, même s'il est évident que Montesquieu n'avait jamais pensé qu'un jour cela puisse être l'objet d'un débat dans l'Union Européenne.

- En France, les autoroutes sont limitées à 130 Km/h, parfois à 110 km/h. Les infrastructures permettent de rouler en général sans danger à 180/200 km/h (c'est-à-dire si l'on est seul sur la route)

- En Belgique, les autoroutes sont limitées à 120 Km/h, mais du fait de l'état des routes, quelques rares portions (3 voies) - permettent de rouler sereinement à 180 km/h (hypothèse où l'on est seul). La plupart du temps, que l'on soit seul ou non, 140/150 km/h restent la limite sécuritaire à ne pas franchir (chaussée déformée, trous, aquaplanning possible, pente entre 4 et 7 %)

- En Allemagne, les autoroutes ne sont pas limitées en théorie, certaines portions sont conseillées à 130 Km/h, d'autres limitées à 120 Km/ h ou 100 km/h. Le cas est donc très intéressants à étudier. Lorsque les portions sont sans limitations de vitesse, il s'agit d'une question évidemment de bon sens. Cela dépend essentiellement de sa voiture. Une Twingo qui roulerait à 180 km/h est évidemment un danger vu l'environnement automobile (grosse berline avec système de freinage très supérieur). L'état général des routes fait qu'une autoroute sans limitation permet de rouler sans problème (courbure des virages notamment) à 220 km/h, régulateur de vitesse enclenché, peut-être plus mais ma voiture ne me permet pas d'aller au-delà. Lorsque les portions sont limitées à 120 km/h, en général, les courbures des virages ne permettent pas d'aller au-delà de 160 km/h sans danger. Avec une limitation à 100 km/h, il vaut mieux rouler à 100 km/h. Outre les contrôles radar possibles, les courbures de virage ainsi que l'état des routes ou la géographie des lieux (fortes descentes entre 4 et 7 %) ne permettent pas de rouler vite (au-delà de 120 km/h) sans danger.

- Au Luxembourg, les autoroutes sont limitées à 120 km/h. Tout se passe bien à 160 km/h (si l'on est seul sur la route).

- En Pologne, l'autoroute que j'ai utilisée (Görlitz - Wroclaw) est un beau ruban à 2 voies où 180 km/h (si l'on est seul) est absolument sans danger.

Une fois cet état des lieux fait, on peut s'interroger sur la notion de limitation de vitesse. A priori, hormis le cas particulier de l'Allemagne où les limitations de vitesse sont véritablement conditionnées par l'état des routes, les limitations de vitesse semblent essentiellement conditionnées par un autre facteur. Lequel est-ce?

Tout d'abord, la limitation de vitesse, règle non modulable par définition, dépend du trafic routier présent. Si l'on est en présence d'une deux voies ou d'une trois voies, la question se pose donc en d'autres termes.

Je tiens d'ailleurs à faire remarquer que j'ai utilisé une autoroute allemande à deux voies, non limitée, sur laquelle le trafic était relativement faible (une voiture tous les cinq cents mètres, roulant généralement à 140 km/h), qui était un vrai danger. Fort de mes 1000 kilomètres d'analyses d'autoroutes allemandes, voyant la non limitation, je m'élance donc sans véritablement m'interroger sur la nécessité d'adapter une vitesse, confiant dans l'appréciation portée par le gouvernement sur cette portion d'autoroute. Or, il s'est avéré qu'après deux ou trois virages, la vitesse constante la plus adéquate était 160 km/h. Au-delà, il était dangereux de passer les virages sans mordre sur la voie d'à côté, ce qui n'est pas tolérable. Probablement une autoroute sur laquelle le gouvernement locale allemand (ou fédérale, je ne sais pas qui est compétent pour réguler la limitation sur les autoroutes) devrait mettre une limitation à 120 km/h. Bref.

Donc, cela dépend du trafic routier. Par principe, la régulation de la vitesse, si elle peut être adaptée par rapport au phénomène météorologique (en France, une autoroute limitée à 130 km/h est automatiquement limitée à 110 km/h en cas de pluie) ne peut pas s'adapter à l'état du trafic routier. Forte densité, une limitation inférieure, moindre densité, une limitation supérieure. Tout au moins, cela suppose des usagers une certaine discipline et une signalisation adaptée.

En allemagne, au Luxembourg et en Pologne, la signalisation se fait beaucoup par l'utilisation de panneaux lumineux. Ainsi, du fait de la vidéo surveillance des autoroutes, la vitesse se module en fonction de l'état du trafic routier. Evidement, cela est mieux respecté en Alemagne. Pourquoi ? Tout simplement parce que si l'on vous limite alors que vous aviez la possibilité de rouler à une vitesse de 200 km/h, c'est qu'il y a une bonne raison. En France, si la vitesse passe de 130 km/h à 110 km/h par panneau lumineux, or le cas d'une pluie qui oblige à un ralentissement, cela provoque plutôt de l'énervement chez la plupart des conducteurs. "Déjà que ça n'avance pas, pourquoi il nous oblige encore à ralentir ? On est quand même assez grand pour savoir adapter notre vitesse tout seul."

Ainsi, l'adaptation aux variations du flux routier va être culturellement perçu d'une manière différente. Un autre point est à mettre en exergue, pour avoir rencontré diverses nationalités sur toutes ses autoroutes. La pire que j'ai rencontrée en terme de comportement autoroutier : les néerlandais.

Que signifie le comportement auroutier dans le cadre de ma présente étude ? Tout simplement, l'ensemble des comportements récurrents qui permettent d'anticiper a priori les comportements au volant rien qu'à la reconnaissance de la plaque d'immatriculation. Bien entendu, il s'agit de caricature et de description générale. Comme pour tout, on trouve tous les styles de conduites.

Les belges, d'une manière générale, sont bon enfant. Ils doublent relativement vite, n'encombrent pas les voies inutilement et ont une allure modérée à rapide (entre la limite permise jusqu'à 40 km/h au-dessus de la vitesse autorisée). Aucun comportement dangereux n'a été relevée sur aucune de ces cinq autoroutes avec un conducteur belge - que ce soit par la vitesse supérieure autorisée ou une vitesse plus lente.

Les luxembourgeois roulent généralement vite (entre 140 et 180 km/h environ) et semblent impatients (se collent derrière les voitures pour "mettre la pression" sur le gêneur), sauf avec un autre luxembourgeois. Ils se montrent généralement très courtois avec ceux qui adoptent le même style de conduite d'une autre nationalité. Méfiance donc si on est dans la norme (respect des limitations de vitesse de manière imperturbable).

Les polonais conduisent sur l'autoroute comme sur les routes : il n'y a pas de limitations de vitesse. Le plus rapide et le plus gros moteur a priorité sur les autres véhicules. Il n'y a pas de comportements dangereux en soi puisque ces règles non écrites sont bien établies.En revanche, le respect des limitations de vitesse (et des voies!) rend la route dangereuse pour tout le monde. En effet, ces normes non écrites, socialement acquises, sont respectées sans discussion. Ainsi, le polonais qui arrive à 180 km/h sur l'auroute lorsque vous roulez à 130 km/h risque de vous rentrer dedans si vous ne vous rangez pas. Il ne rétrograde pas puisqu'il sait que vous allez lui laisser le passage vide. Sauf lorsqu'il s'aperçoit que vous n'êtes pas polonais. Sur les routes étrangères à la Pologne, le principe de la vitesse reste acquis jusqu'en France. Dans notre pays, le respect des limitations de vitesse se fait naturellement par ces étrangers. Je ne me l'explique pas encore. Le polonais sur la route belge est à 180 km/h (limitation à 120 km/h sur des routes dangereuses en terme de sécurité), il passe la frontière française et roule à 130 km/h alors que l'état des routes est incomparablement meilleur. Comme dirait Pierre Desproges dans la minute de Monsieur Cyclopède...

Les allemands sont disciplinés, prudents, attentifs et courtois. Disciplinés car le respect des limitations de vitesse est fort bien répandu, encore plus à l'étranger qu'en Allemagne. Prudents car ils adaptent leur vitesse à toutes les circonstances. Attentifs car ils voient devant et derrière leur véhicule. Courtois car ils laissent naturellement la place aux véhicules plus rapides, aux plus gros moteurs et attendent avant de doubller lorsqu'ils voient arriver un bolide. Il est vrai que l'on rencontre plus de Porsches à plus de 240 km/h en Allemagne que dans les autres pays, les autoroutes n'y étant pas pour peu de choses.

Les néerlandais sont normés à l'extrême, avec une inadaptation patente qui les rend dangereux sur certaines routes (je ne parle pas des caravanes dont les problématiques sont différentes). Si la route est limitée à 120 km/h, ils roulent à 120 km/h. Ils doublent à 120 km/. Ils déboitent sans se préoccuper des voitures derrières et bloquent les files tant qu'ils n'ont pas fini de doubler, même si en se rangeant - en maintenant leur vitesse constante de 120 km/h - ils pourraient laisser passer deux ou trois véhicules derrière eux. Sur les autoroutes allemandes, sans limitation de vitesse, ils doublaient généralement à 160 km/h sur la troisième voie. Généralement, la répartition se fait de la manière suivante, première voie : véhicule avec une vitesse comprise entre 120 et 150 km/h (principalement 150km/h), deuxième voie : véhicule entre 140 et 170 km/h, troisième voie : doublement de la deuxième voie et véhicule au-dessus de 180 km/h en permanence. Ainsi, dans les rares cas où j'ai vu un néerlandais doubler sur une troisième voies allemande, à cahque fois j'ai cru qu'il y allait avoir un accident. Lorsqu' un conducteur roule à 200 km/h ou plus, l'anticipation sur tous les évènements de la route est évidemment extrêmement importante. Avec un conducteur allemand qui met son clignotant pour doubler, tut le monde sait avec certitude qu'il a vu le véhicule derrière lui, a évalué sa vitesse et le laissera passer s'il sait que cette vitesse ne permet pas un ralentissement rapide. Le néerlandais met son clignotant et une seconde plus tard déboite, sans se soucier de ce qu'il se passe derrière lui. Evidemment, ce comportement surprend car il est dangereux autant pour celui qui déboite que pour celui qui arrive...

Par ailleurs, le respect des limitations de vitesse connaît en France une tolérance particulière concernant le doublement qui - en toute subjectivité - est de 20 km/h à la vitesse du véhicule que l'on double.

D'après l'article R414-4 du Code de la Route :

"I. - Avant de dépasser, tout conducteur dit s'assurer qu'il peut le faire sans danger.
II. - Il ne peut entreprendre le dépassement d'un véhicule que si :

1° Il a la possibilité de reprendre sa place dans le courant normal de la circulation sans gêner celle-ci;
2° La vitesse relative des deux véhicules permettra d'effectuer le dépassement dans un temps suffisament bref;
3° Il n'est pas lui-même sur le point d'être dépassé.
III. - Il doit, en outre, avertir de son intention l'usager qu'il veut dépasser. (...)"

L'application de cet article est donc une sorte de fait justificatif légal de dépassement de la vitesse autorisée. Evidemment, il s'agit d'un dépassement et non pas d'un dépassement généralisé et permanent de tous les véhicules qui dès lors est simplement un dépassement de la vitesse autorisée... Toutefois, force est de constater que les néerlandais ne respecte pas notre code de la route lorsqu'il dépasse à 125 km/h sur une autoroute une voiture qi rule à 119 km/h. Le temps de dépassement est relativement long surtout s'il y a trois ou quatre véhicules qui roulent à cette vitesse. Par rapport aux autorooutes allemandes, le 3° n'es jamais respecté non plus. Je ne sais pas s'il s'agit d'une règle légale allemande, mais elle me semble dictée par le bon sens. En tout état de cause, peut-être que les Pay-Bas ne connaissent pas d'exception sur ce point et que, de ce fait, les conducteurs néerlandais appliquent strictement une règle en vigeur chez eux. En tout cas, méfiance lorsque l'on en rencontre un sur la route.

Les français, quant à eux, sont bipolaires. Il y a deux types de conducteurs. Il y a ceux qui adoptent le comportement allemand, avec une adaptation totale à l'environnement automobile, que ce soit en Pologne ou en Allemagne (puisque ce sont les pays les plus exotiques en termes de comportement autoroutier par rapport à la France). Et puis, il y a les pseudo- justiciers de la route à tendance néerlandaise. Qui sont-ils ? Ce sont ceux qui font respecter le Code de la Route aux autres. Au mépris souvent des règles élémentaires de sécurité et du Code de la Route (article R414-16 du Code de la Route). Ainsi, vous avez un français qui va déboiter au dernier moment où il va être doublé - ou va accélérer sa vitesse pour empêcher le dépassement - et se mettre à bloquer la voie juste à la vitesse maximale autorisée pendant un temps qui sera indéfini. Le dépassement sur la gauche étant interdit, les bons conducteurs derrière lui resteront sur la file de droite en attendant le dégagement de l'individu. Bien sûr, certains véhicules dépasseront sur la gauche, ce qui peut conduire, dans certains cas extrêmes, à avoir le premier véhicule se déplace de telle manière à être à cheval sur les deux voies (!), afin d'empêcher le dépassement des deux côtés à la fois.

Ainsi, je ne sais pas si ce sont les règles de circulations autoroutières qui induisent les comportements ou les mentalités qui obligent les hommes politiques à réglementer la circulation de cette manière. En général, ce n'est pas induit par la structures des routes (on parle bien d'autoroute).

Je me suis interrogé sur la possibilité de créer des autoroutes sans limitation de vitesse en France. Et finalement, je me suis dit que ce n'était pas possible du fait de la seconde catégorie française de conducteur. Par ailleurs, les français sont généralement des citoyens qui raisonnent en terme de "droit à". Ainsi, il y a fort à penser que s'il existait des autoroutes sans limitation de vitesse en France, il y aurait des accidents à cause de la non discipline naturelle des français. Les uns considérant qu'ils ont le droit de rouler à 200 km/h sans personne qui devrait les en empêcher sur la route. Les autres condirant que c'est une vitesse excessive et qu'ils ont tout autant le droit de rouler à 160 km/h sur la troisième voie. Evidemment, c'est sans compter sur certains conducteurs qui n'ont aucun respect des règles de sécurité.

Kant, dans sa Doctrine du Droit écrivait que les règles de droit étaient nécessaires parce que les citoyens n'étaient pas assez vertueux - c'est-à-dire ne savaient pas raisonner en sachant faire taire leur intérêt privé par raport à l'intérêt collectif.

Romook, conducteur sociologue

mardi 24 juillet 2007

La Pologne, mea culpa...

Il y a quelques années, j'étais allé en Pologne. J'avais été très déçu par les femmes que j'avais vu. C'était il y a quatre ans. La Pologne me paraît n'avoir pas beaucoup évolué depuis ce temps. Néanmoins, il ne s'agit que d'une vue superficielle puisque je n'y ai vu que des autoroutes et une vile : Wroclaw. Un peu plus de construction moderne, mais rien de vraiment différent à mon sens. La vie y est à peu près équivalente à celle de la France en terme de modernité.



Là où mon appréciation aura été modifiée, c'est surtout à propos des polonaises.



A mon sens mieux habillées qu'il y a quatre ans, ces femmes font ressortir de leur être de très jolies choses.



Et le charme opère naturellement.



Mon voyage ne m'aura pas permis d'oeuvrer photographiquement autant que je l'aurai voulu. Toutefois, je vous glisse ici quelques rapides clichés pris sur la place de Wroclaw un soir.



Quelques autres suivront, plus conventionnels, comprendre touristiques...

Romook, déjà de retour de Pologne

jeudi 19 juillet 2007

Confiance

n. f., phil., : Foi dans autrui.

Romook, en poche

mercredi 18 juillet 2007

Les pierogi arriveront par le bus de 18h15

Bien arrivé, je suis bien arrivé. Il était important de le dire (Cześć Ania, jestem w Wrocław). Je suis de retour en Pologne depuis dimanche soir, après quelques années d’absence. Une Pologne que je retrouve familière, chaleureuse, aussi accueillante qu’auparavant. Les années ont passé, et pourtant, même si sa physionomie a changé, elle reste la même (Ania, gdzie mieszkasz w Polsce ? Przepraszam że zapomiałem… Wiem że nie mam czasu odwiedwić Ciebie ale chcę wiedzieć gdzie mieszkasz.). Ma relation avec elle est toujours aussi trouble. Je suis au pays de Gombrowicz : voilà bien une relation qui se mérite. Les intimes comprendront.

Retrouvaille avec sa culture bien sûr, mais aussi sa langue (Mogę uczyć się polskiego regularnie…). Mon professeur de polonais a trois ans (nazywa się Monika : jest córką Beaty, Beata jest moja koleżanka…)) et j’ai du mal à tout comprendre. Ca va revenir. Les langues, c’est presque comme le vélo. Bref.

Il fait trente-cinq degrés à l’ombre, comme à WuHan, et le polonais c’est comme du chinois pour moi en ce moment (enfin, vous voyez ce que je veux dire – czy rozumiesz ?). Donc, la Pologne, c’est comme la Chine finalement, mais avec les facilités linguistiques en moins – car perdues/oubliées.

La Pologne propose des menus variés, et parmi les plats que je préfère, je tiens à évoquer le cas des « pierogi ». Ce sont des sortes de ravioli polonais – un peu à la façon des « jiaozi » chinois, décidemment – qui peuvent être garnis d’herbes, de viandes… Ce soir, on me propose de manger des « pierogi » maison. Et là, je craque et annonce un « Tak ! Pierogi, to bardzo lubię !» tonitruant, me permettant d’utiliser un rudiment retrou-conser-vé de polonais, sous l’œil dubitatif de mon professeur. Probablement que mes déclinaisons sont encore mauvaises. L’objectif était simplement de manifester de manière enthousiaste mon amour des pierogi. Heureusement que le langage du corps ne connaît pas de frontière. Ca permet de se comprendre au-delà des mots.

Le petit enseignant me regarde avec des yeux comme des billes et s’exclame : « Mam ochotę zjeść pierogi. Wiesz ? » Ok. Nous ne sommes pas sur le même registre. Je suis dans la relation intersubjective personnelle au niveau de la communication des idées alors qu’elle est dans l’expression des besoins. On reconnaît d’ailleurs mon esprit porté à la dialectique qui engage mon interlocuteur vers une discussion sur les apports du pierogi à la gastronomie polonaise (« Oui ! J’adore les pierogi » plutôt que « J’ai envie de manger des pierogi, d’accord ? »).

Aparté linguistique : la langue polonaise contient 3 genres, 7 cas (les germanistes apprécieront – avec des exceptions grammaticales comme en anglais), et des conjugaisons tordus perdus entre le perfectif et l’imperfectif, des verbes de plusieurs groupes comme en français, l’ordre des mots assez libres dans la phrase fait que l’on reconnaît la fonction du mot à sa déclinaison : le chinois est quand même une langue triviale, force est de le reconnaître.

Evidemment, mon interlocuteur polonais, n’ayant pas encore eu connaissance de toute l’étendue de mes capacités linguistiques en langue polonaise, poursuit directement en français : « Il n’y en a que cinq. Il va falloir que je demande à ma mère d’en faire des supplémentaires. » Froncement de sourcils. Inquiet, j’interroge : « On va aller les chercher ? » La maison des parents est à une heure de route, ça me paraissait beaucoup de temps pour éviter d’aller simplement dans un restaurant, ou même se rendre dans un centre commercial en acheter. La réponse fuse, évidente, claire, simple, sans équivoque.

« Non, bien sûr. Ils viendront par le bus.

- Ah, je vais rencontrer tes parents. Ca va être sportif au niveau linguistique.

- De quoi tu parles ? Mes parents ne vont pas venir.

- Bah, qui prend le bus alors ?



- Les pierogi bien sûr. »

Les pierogi, of course.

Rappel des épisodes précédents. Pologne. Gombrowicz. Cuisine polonaise. Pierogi = ravioli polonais. En manger. Pas assez. En faire cuisiner par la maman. Pierogi prendre bus.

Ja nie rozumiem.

Si mes compétences linguistiques avaient été mises à l’épreuve, j’en aurais déduit qu’il fallait se reconvertir dans la résolution d’équation différentielle de troisième ordre ou envisager une reconversion comme bibliothécaire au Mont Athos. Mais, ce n’était pas le cas. Sans autre forme d’explication, il me semble évident de soutenir : « I/O Brain Error. Hard Disk Failed. Please reboot your brain. »

Après quelques explications, je découvre alors que, parmi les exceptions culturelles polonaises qui m’étaient connues, une est bien établie : les objets se déplacent naturellement en bus. Tout simplement. Le principe est le suivant : on donne au chauffeur d’un bus un objet qu’on lui confie en lui indiquant la destination d’arrivée. Sa contribution sera évidemment rétribuée d’une somme d’argent en rapport avec la valeur de l’objet transporté (Et les pierogi, pour moi, n’ont pas de prix). Une sorte de colissimo par bus, évidemment plus rapide, puisqu’il y a un départ toutes les heures.

Ainsi, la phrase polonaise « pierogi przyjadą autobusem o 18.15 », dont la traduction exacte est : « les pierogi arriveront par le bus de 18h15. », n’est ni le titre d’un film comique, ni une phrase codée par les services de renseignements, mais simplement une phrase usuelle en Pologne.

Je tenais à vous le préciser, car cela me semble aussi important que la troisième voie polonaise qui ne manque jamais de surprendre les étrangers. Je ne parle pas de politique, mais bien de circulation routière. Là aussi, peut-être qu’il fallait préciser.

Romook, les patates prendront le train de 17h49, tout va bien.

samedi 14 juillet 2007

K 525, Eine Kleine Nacht Musik

Je viens de m'apercevoir que le nombre de mes billets était de 525... 525, 525... Ca me dit quelque chose, mais quoi donc ? Mais, bien sûr! Il s'agit de la Petite Musique de Nuit de W A Mozart : Koechel 525!

A mon sens, ce morceau de musique est un chef d'oeuvre de perfection d'écriture dans ses quatre mouvements. Pour ceux qui ne le savent pas encore, Mozart est l'un de mes compositeurs préférés. Encore un point de gagné au LIAR ;-)

Romook, en plein changement professionnel

PS : La honte, ce billet est le 526ème... Promis, pour 626 et 565 (!), je ne me tromperai pas.

vendredi 13 juillet 2007

Découverte

Lors d'un déplacement près de Cambrai, au village de Cantin, une mo am'gamb a été croisée. Facilement reconnaissable : 50 ans, un short à ras d'l'touf', noir, une petite veste en cuir rouge et un pack de bières à la main, le tout à 8 heures du matin.

Question : la Mo Am'Gambie continue -t-elle à s'étendre au delà de ses frontières ?

Demain, je pars pour la Pologne pendant plusieurs jours. Il y a fort à parier qu'il y ait un micro journal gombrowiczéen de voyage qui soit tenu. En tout cas, ça me ferait du bien.

Pour ma visiteuse polonaise préférée, je lui indique que c'est à Wroclaw et que je serai donc trop loin d'elle pour la rencontrer. J'en suis désolé, mais une autre fois avec plaisir :-)

Impérialement vôtre,

Romook Ier

jeudi 12 juillet 2007

Le 13 juillet...

... n'aura pas (plus?) lieu.

C'est symbolique.

C'est un symbole fort, signe d'une résistance farouche au passé qui nous hante et d'une volonté de se tourner vers l'avenir.

Je présente mes excuses à tous mes amis.

Ayez une pensée émue devant le feu d'artifice.

Romook, catacombes