Romook, ectoplasme bloguique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 24 juin 2007

- Qu'est-ce que vous faîtes en ce moment ?

Aujourd'hui, petite réunion amicalo-familiale. L'un des proches de la jeune famillle qui m'accueillait - pour fêter l'intronisation du petit dernier dans la vie religieuse - me demande : "Alors, Romook, en ce moment, vous faîtes quoi ?".

Evidemment, j'aurais pu gloser sur bien des sujets, mais l'incertitude planant sur les propos de mon interlocuteur, je répondais par un sage et inconsistant : "Je bois mon café. Etait-ce le sens de votre question ?"

"Pour ne rien vous cacher, non, ce n'était pas le sens de ma question. Alors ?"

L'énigmatique personnage me toisait d'un oeil rieur et je sentais un peu plus à quel point l'alcool peut être le liant entre les êtres parfois - même si cette dernière donnée devrait bientôt disparaître au vu de l'évolution de notre société... Prophétie ?!

"Vous voulez dire au niveau de mon travail ?"

Et là, la réponse de mon partenaire de discussion me cloue littéralement à mon tabouret, me rivant en un instant sur les grandes questions de la vie.

"Mais non, ça, on s'en fout. Je veux dire, c'est quoi ce qui vous fait vibrer en ce moment ? Vos projets d'avenir, etc... Vous voyez quoi."

Néant.

Le temps de reprendre mes esprits un instant, je m'aperçois que mon métier prend tellement de place dans ma vie, que ma vie personnelle s'est absorbée dedans au point de confondre objectif personnel de ma vie privée et travail, les deux étant devenus indissociablement liés. Et oui, j'utilise mon métier comme un moyen de réaliser ma vie personnelle, ce qui doit être le cas de la plupart des individus. Je dis alors le mot magique, parce qu'en même temps c'est vrai, mon travail me plaît et je me sens bien dans mes baskets la plupart du temps.

En un mot, je suis un veinard. J'ai tellement pris l'habitude d'avoir mes rêves qui se réalisent que je finis par ne plus m'apercevoir que je vis des choses extraordinaires qui me plaisent... En quelques mots, j'ai donc repris conscience de ma chance. Quel bonheur. Sinon, je projette de me remettre aux échecs sérieusement l'année prochaine, histoire de faire grimper un peu mon elo FIDE. Mais, bon, on verra, ça suppose pas mal d'investissements temporels, je ne sais pas si je trouverais le temps.

Romook, Alleluia

mardi 19 juin 2007

J'ai vu...

Hier soir, j'ai vu une Saab avec, dans son numéro d'immatriculation, écrit "BMW". De qui se moque-t-on?

Romook, Ca valait bien un billet...

lundi 18 juin 2007

Résurrection

Le Président du Tribunal regarde le prévenu et lui demande :"

Quand vous avez déclaré au juge d'instruction que vous étiez mort en 1982, puis ressuscité, c'était simplement pour vous payer sa tête ?

- Non, Monsieur le Président, c'est la vérité. Je ne suis plus aujourd'hui dans mon corps d'origine. Je suis mort en 1982, puis ressuscité. Je suis d'ailleurs disposé à subir une expertise pour prouver ce que j'avance. En sorte que la procédure ne m'est pas applicable, puisque c'est mon ancien moi qui est l'auteur des faits."

- Maître, voulez-vous ajouter quelque chose pour la défense de votre client ?..."

Romook, quand la réalité dépasse la fiction...

vendredi 15 juin 2007

Inspiration absente

Il appartient à tout blogueur de prendre ses responsabilités. De temps à autre, il faut le reconnaître, c'est la panne. La vraie. Celle qui paralyse, qui vous bloque, qui vous empêche d'écrire ces quelques premiers mots qui vous permettront d'aller vers l'autre...

Bah oui, mais non. Des fois, faut que ça ne vienne pas. Faut que ça reste bloquer. Faut que ça s'immobilise à l'intérieur et puis... Ben rien. Toujours rien. Le temps passe et rien ne se passe. Désolant spectacle que celui du vide intérieur.

Heureusement, la lectrice exigeante vous rappelle à l'ordre. Et vous vous dîtes... Ben tiens, c'est vrai, d'habitude, j'écris au moins un billet pour dire que tout va bien. Et pourquoi, là, maintenant, c'est le désolement le plus total ?

Allez savoir! Et bien, des raisons, j'en ai plein. D'abord, je ne suis plus malade. Donc je fais un peu de sport. Ensuite, je travaille beaucoup et ça aussi me prend du temps. Enfin, il fait chaud. Trop chaud pour le nordiste que je suis qui n'apprécie que trop rarement les températures au-dessus de 18° C... Vous ne saisissez pas le rapport entre le fait d'écrire sur un blog et la chaleur ? C'est très simple : l'ordinateur dégage de la chaleur. Donc écrire sur un ordinateur renforce la sensation de chaleur... Mais je suis en train d'expérimenter une méthode d'écriture optique, par liaison Wifi, qui permet d'écrire avec un simple crayon sur une feuille de papier et la transmission se fait instannément sur le web... Mais non, je rigole!

Et puis, mes vacances se profilent. Peut-être une petite semaine de vacances près de Wrocław, w Polska, of course... Bah, du coup, je révise mon polonais trop longtemps délaissé... Alors, ça aussi me prend du temps. Pour les éventuelles personnes intéressées par une rencontre en ces contrées lointaines, sachez que je ne me déplacerai pas dans ce pays. Je resterai au même endroit, chez une amie. Il est peu probable donc que je puisse faire des rencontres dans ce pays que j'apprécie pourtant beaucoup, notamment pour la chaleur humaine... Mais, de toute façon, j'y retournerai. Donc je profiterai de cette chaleur humaine d'une autre manière la prochaine fois. Pas d'inquiétude :-) Peut-être même que je serai à Warszawa au mois d'avril 2008 pour un week end professionnel, où je donnerai une conférence genre "la chine et l'univers : perspectives d'avenir"...

Alors, ça aussi, les préparatifs (des vacances), ça prend du temps. Et quand on met tout bout à bout et bien le temps s'est envolé...

Pas d'écriture, tout simplement car je n'ai pas trop de temps. Mais je vais bien - alors pas d'inquiétude...

Romook, blog's holydays...

samedi 9 juin 2007

Rencontre

n. f., soc. : Clef de l'espoir, ouverture sur le champ des possibles.

"Il y a quelque chose dans la conscience qui en fait un piège pour elle-même.", W. Gombrowicz

Romook, en poche

mardi 5 juin 2007

Illness doesn't want to leave me alone

When I was just arrived in France, I wanted to be quiet and to have a rest, like in hollydays... But - yes, there is a "but" - it couldn't be possible because illness came and toke me with it in its way... Or more i could say "i should have a rest"... So, now, i cannot write, just because I'm ill. I hope i will be better in few days.

When I'm ill, i have no inspiration to write something funny or sad, just I want to be quiet. Then, my blog is too.

Romook, handkerchief in a hand