Force est de constater que le monde religieux s'est éloigné de moi de manière certaine. Alors qu'à une époque, j'envisageais très sérieusement de devenir moine (plutôt pour me retrouver face à moi-même et entamer une réflexion sur l'existence plutôt que par conviction religieuse), je suis aujourd'hui complètement surpris lorsque je rencontre une personne qui a des convictions religieuses.

Il est certain que mes lectures nietszchéennes et religieuses n'y sont pas pour peu de chose. Par ailleurs, depuis que j'ai "découvert" que le dénominatif commun de tous les systèmes de pensées moraux, qu'ils soient religieux ou athées, était la confiance, je ne me suis plus beaucoup préoccupé de chercher de nouvelles valeurs.

Aujourd'hui, seule la confiance en tant que valeur me paraît acceptable. Et je la partage, dans la mesure du possible, en suivant l'économie du Don dégagé par Marcel Mauss à propos du potlach.

Ainsi, je fais systématiquement confiance aux gens que je rencontre, à charge pour eux de ne pas la perdre. Néanmoins, je dois reconnaître qu'une partie de Poker que j'ai faite, au fond d'une cave, avec environ dix personnes, où je ne connaissais qu'une personne, de vue, dans l'assemblée, m'a conduit à m'interroger pendant les premiers tours à la validité de mon système philosophique. Juste quelques tours, car il m'est vite apparu que tout allait bien se passer. CQFD.

La confiance est - bien sûr - qu'elle que chose de variable dans mon système. Je conserve ma confiance en une personne dès lors qu'elle est conforme à l'image qu'elle promet, ou si je sens que ce qu'elle promet est supérieur à ce que l'on peut attendre d'elle, qu'elle soit conforme à l'image que je m'en suis faite. Bien sûr, l'erreur est toujours possible.

Il est important de signaler que le voile moral posé sur le monde est un prisme par lequel le bien et le mal peuvent s'exprimer. A travers mon système basé sur la confiance, le Bien et le Mal deviennent inconsistants. Toutefois, j'ai conscience d'avoir remplacé un voile commun, par un autre qui l'est un peu moins...

Voilà, il était bon que ce fût dit.

Romook, Méditation de Pâques