La première maison de thé chinoise, dans laquelle je suis allé, était dans le parc de ZhongShan, à Beijing.



Il y a des endroits magiques sur terre que vous voudriez posséder seul, mais dont l'enchantement vous pousse à les faire connaître de tous.



Au milieu de ce jardin féérique, il existe une maison de thé. Le Guzheng s'y fait entendre de loin. Vous êtes alors plongé dans une atmosphère où le temps semble se suspendre à chacun de vos pas...



Quand vous découvrez cette petite terrasse extérieure, encadrée de ces chemins de promenade si particuliers, bercée par la musique, vous vous retrouvez plongé dans les abysses de votre être. Les lieux exercent parfois, par leur beauté extérieure, une attraction irrésistible vers notre intérieur.



L'attitude presque méditative engendrée par le lieu vous saisit. Et les vapeurs du thé, qui s'échappent de votre verre, finissent de vous entraîner dans un voyage sans fin. Quelque soit l'endroit où votre regard se pose, vous êtes ramené à cette excentricité naturelle et poétique du lieu. Seul le ciel peut encore vous sauver.



Et c'est ainsi que le dragon du temps vole jusqu'à vous. Rapidement, le frais vous ramène à la réalité, la journée s'est déjà écoulée.



Romook, généreux