La Sainte Catherine est une jolie fête destinée à mettre à l'honneur les femmes de 25 ans, célibataires et vierges. Cette petite fête s'est étendue de nos jours, au grand désespoir des puristes, à toutes les femmes de moins de 25 ans et célibataires, quelque soit leur mode de vie sexuelle. Pourtant, et j'insiste sur ce point, normalement, ce sont uniquement pour les vierges de 25 ans. Or, il y a un vrai problème social, sans faire d'étude statistiques particulières, il est extrêmement difficile d'imaginer une française de 25 ans encore vierge. Certains contextes très particuliers peuvent justifier cette exception à la règle, néanmoins, la société française a dû faire évoluer la fête de la sainte Catherine pour pouvoir la conserver.

En Chine, en revanche, cette fête aurait tout à fait un sens, puisque dans les femmes célibataires de 25 ans, Les vierges sont légion. Je ne ferai aucun commentaire sur cet état de fait après 4 mois de vie sur place.

Quel est la véritable signification de cette fête? Voilà une question qui ne s'est jamais vraiment posée.

En fait, cette règle est une résurgence historique machiste selon laquelle la femme DOIT être mariée. Dans le cas où elle n'est pas mariée, le pire est à craindre. Notamment, elle reste disponible pour les aventures de maris en mal de frisson - dès lors elle est dangereuse pour l'équilibre social. Par ailleurs, il ne faut pas oublier le rôle régulateur de la femme dans la vie de l'homme, où elle rythme à sa manière, tel un métronome, les différents aspects de la vie de l'homme : le repas, les moments de détente, les massages spéciaux... Moments au cours desquels nul autre être ne peut la surpasser puisque de manière innée, elle se saisit d'une liste de course à faire, fait la cuisine et la vaisselle, etc... Sans oublier l'aspirateur.

Dès lors, affublé une jeune femme de 25 ans d'un chapeau, c'était avant tout rappeler à la gente masculine que cette femme là était encore disponible pour servir un homme et qu'il était temps de se saisir d'elle avant qu'elle ne se gâte. Néanmoins, cette théorie originaire de la Sainte Catherine n'a plus cours aujourd'hui. Tout le monde le sait, le mariage bat de l'aile chez les jeunes couples. Alors, aujourd'hui, quel sens lui donner?

Tout simplement, il est simple de constater qu'une jeune catherinette a aujourd'hui une expérience sexuelle qui est bien au-delà des espérances du futur jeune mari. Le "hic" est que Mademoiselle n'entend pas être la bobonne à la maison et que son homme doit avant tout être autonome : savoir faire les courses seul, faire la cuisine et la vaisselle, penser à passer l'aspirateur et être un bon amant. Fini la femme-tronc qui attendait les bonnes grâces de Monsieur.

Dès lors, une catherinette aujourd'hui entend bien fêter sa Sainte-Catherine dignement, à l'aide de ses copines mariées qui vont lui présenter plusieurs hommes entre lesquels elle fera un choix - et il n'est pas dit qu'il n'y en aurait qu'un. Le lendemain, quand elle lui aura expliqué que son état de Catherinette lui convient bien et que ses chaussettes il peut aller les faire laver ailleurs, elle ira, ensuite, raconter à ses bonnes copines mariées, sa fin de soirée et sa nuit, copines mariées qui, en secret, vont jalouser tant de liberté...

Ainsi, je pense que la Sainte-Catherine n'a plus rien à voir avec cette fête chrétienne machiste. Maintenant, bien au contraire, elle est devenue une sorte de carnaval où les femmes se déguisent pour appeler le mâle, étant entendu, qu'un chapeau est bien plus visible de loin qu'une non-alliance...

Romook, sociologue