Romook, ectoplasme bloguique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 18 septembre 2006

They said it...

I could have made money this way, and perhaps amused myself writing code. But I knew that at the end of my career, I would look back on years of building walls to divide people, and feel I had spent my life making the world a worse place.

Richard Stallman (2002)

If the automobile had followed the same development cycle as the computer, a Rolls-Royce would today cost $100, get a million miles per gallon, and explode once a year, killing everyone inside.

Robert X. Cringely

Erreur de chargement de la page : Les analectes d'Elisabeth

Erreur de chargement de la page



Il fallait s'en douter : je n'avais point tort. Dès mon arrivée en Chine (merci... le voyage s'est bien déroulé, et vous, comment ça va ?), je n'ai eu de cesse que de trouver un point d'accès internet pour surfer sur le blog qui occupe vraisemblablement la plus grande partie de mon temps intellectuel disponible dans ma vie surchargée, dénommé "les Analectes d'Elisabeth", que d'aucun - n'ayant aucune culture fallait-il le préciser - pourrait croire que cela conduit à un site dont le titre évocateur ferait baver à l'envie le sodomite inculte.

Eh bien que nenni! Il n'en ait nullement question, tout au moins d'après ma connaissance de ce blog, qui semblerait être assez profonde, si j'en juge le nombre de page que j'en ai lu : que Geneviève me pardonne si tel sujet avait été abordé sans qu'il me soit donné d'avoir lu cette page, qui aurait fusionnée avec magnificence sans aucun doute les joies de la jouissances concupiscentes à l'orgie intellectuelle la plus totale.

Quoi de plus naturel d'ailleurs pour "le plaisir des dieux" que d'allier tout à la fois la "concupiscence", (Aspiration de l'homme qui le porte à désirer les biens naturels ou surnaturels) à "l'intellectualisme" (Doctrine selon laquelle tout ce qui existe est réductible, du moins en principe, à des éléments « intellectuels », c'est-à-dire à des idées (aux différents sens de ce mot), à des vérités et à des implications). C'était simplement pour clouer le bec de quelques rabats-joie en mal de critique que j'étais obligé de faire ce rappel aux définitions fondamentales, car il s'agit bien de fondement dont il s'agit lorsque nous abordons l'humanité par cette extrémité (vous remarquerez la circonlocution qui a brillamment évité l'incongruité du mot "trou du cul" qui aurait dénaturé l'harmonie poétique de ce texte).

Tenant donc par le bout l'extrémité de mon cable, je me rends au plus vite à cette autre extrémité de la planète - qu'est la France - pour vérifier l'improbable, l'intolérable, en un mot le sensationnel. Le blog des Analectes d'Elisabeth semble m'être fermé pour une durée de 21 jours environ. 21 jours sans pouvoir suivre l'éventuel agitement intellectuel qui pourrait tressaillir sur ses pages, tressaillement d'autant plus percutant qu'en Chine, il y aurait eu à cette occasion pour moi le goût de la nouveauté. 21 jours, longs, pénibles, avec pour seul horizon, un internet terne et morne, dont la seule échappatoire me semble encore être le Code Général des Impôts sur Légifrance, ou encore, quoique dans un autre registre, le blog de mon ami Kai Ye, si tant soit peu il a le temps de s'en occuper (un appel du pied étant nécessaire, le voici réalisé).

Parmi les hypothèses que j'avais évoquées sur cet incongruité bloguesque, je tiens à préciser qu'une nouvelle hypothèse m'est apparue dans l'esprit (je ne sais pas pourquoi je raconte tout ça car, finalement, les visiteurs qui ont l'heureuse faculté d'accéder à ce blog y auront déjà été, et ceux qui, comme moi, sont en Chine, privés de l'accès n'en profiteront jamais, donc pourquoi écrire?) que c'était peut être le serveur web d'hébergement des Analectes qui trient les visiteurs et faute de montrer patte blanche, on est automatiquement exclu. Mon désarroi est total.

Romook, 怎么样?