Romook, ectoplasme bloguique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 7 septembre 2006

vagin, fellation, etroit, sexe

Une partie de mes visiteurs (et mes visitrices j'insiste pour utiliser le féminin) ont deux traits de caractère que je peux relever. Le premier est la curiosité intellectuelle. Le second, c'est leur côté littéraire extraverti. Si, si! Je m'explique. Je vais être clair.

Je sens que certains lecteurs habitués de ce site rient déjà sous cape... Sûrement l'enchaînement de "je m'explique" et de "je vais être clair" qui paraisse augurer d'un raisonnement tordu où l'on aboutit à une conclusion étrange après avoir traversé les contrées étranges de mon esprit. Désolé mais, malgré les efforts déployés par le CNRS, les chercheurs n'ont toujours pas réussi à tracer une carte neuronale de mon chemin spirituel. C'est pour ça que mes raisonnement continue à surprendre et à être drôle. Rassurez-vous, un jour, moi aussi j'aurais la chance d'être banal normal compris.

Le premier point qu'il me faut avouer est que mon blog est sous surveillance. Un logiciel traque les visiteurs pour me donner quelques statistiques qui me permettent de donner un sens à ma vie. Qu'est-ce qu'un blogueur sans ses statistiques? Hmm..... Admettons mais quand même, y a des fois ça ne suffit pas je pense. Sinon, on peut faire ça chez soi, tout seul, sans le mettre sur le Net. Oh! Excusez-moi, je n'avais pas vu que vous ne suivez pas le fil. A la question, on m'a suggéré "un artiste" et derrière est venu souffler Edmond de Rostand, derrière son long nez, une phrase légère : "c'est bien plus beau lorsque c'est inutile". D'où ma réponse que dans ce cas, on peut écrire un journal intime en dehors du Net. C'est un fait, un blogueur est avant tout quelqu'un en mal de reconnaissance mondiale, un type qu'a besoin d'amour (message perso : si tu es mince, de sexe féminin, très jolie et que tu as envie de me donner de l'amour, n'hésite pas à me contacter. Tout profil accepté, même petits seins et chercheuse en maths), qui ne sait pas quoi faire de sa vie et qui meuble patiemment son petit blog en traquant le commentaire qui le fera sourire. Franchement, ça donne pas envie d'avoir un mec pareil une personne avec si peu de passion dans la vie dans son cercle d'amis. Heureusement que je n'en connais pas.

Explications. Tout d'abord, la curiosité intellectuelle. Ce n'est pas seulement une qualité, mais c'est aussi un don. Félicitation à toi, mon lecteur, de bénéficier d'une telle aura à mes yeux. Il faut savoir accepter le compliment - humblement, ça va de soi - et c'est avec beaucoup de sincérité que je te le fais. Si tu es arrivé sur ce blog par hasard, çà prouve bien que tu es curieux intellectuellement. CQFD. Si tu me connais et que tu viens régulièrement, tu veux connaître ma vie intellectuelle : j'espère que tu n'es pas déçu(e). CQFD. C'est tu es un lecteur de temps à autres de ce blog, vu les thèmes abordés, tu es également un curieux intellectuellement. Ici, pas de sensationnel, pas de femme à poil, pas de langage sms : un bon vieux blog, morne, poussiéreux comme il en faut pour permettre d'apprécier les blogs de Skyblog. Ici, on fait des raisonnements qui se tiennent et on essaie d'éviter les préjugés. Donc, mes lectrices et mes lecteurs sont curieux intellectuellement. CQFD.

Evidemment, je pourrais refaire le raisonnement sur l'utilisation de la langue sino anglo franco polonaise de ce blog pour rappeler que tous mes lecteurs sont quadri lingues et ont un QI dépassant facilement les 150 en milieu de journée. J'aurais pu, c'est vrai, rédiger cela. Mais c'est un autre raisonnement qui m'a conduit à la conclusion que mes lecteurs sont des littéraires extravertis.

Il y a donc ce logiciel qui me permet de connaître les statistiques de mon blog, notamment les billets les plus lus. Il y a aussi sur votre droite un petit moteur de recherche intégré dans le site qui vous permet d'afficher les billets en fonction des mots clef que l'on peut trouver dans les billets. Les 4 mots les plus tapés à ce jour, et loin devant les autres, sont :

vagin
fellation
etroit
sexe

Bref, que des mots en rapport avec le cul. Mais attention, que des mots propres, des mots que l'on utilise dans les livres de médecine ou encore dans les dîners chics. Donc mes lectrices ou mes lecteurs sont des gens littéraires qui n'utilisent pas les mots :

chatte
pipe
bonne
minou

Vous m'excuserez pour la traduction des termes de la première liste en langage dit "grossier" dans la seconde liste, il s'agit d'un objectif éducatif, mais l'exercice est tout aussi difficile pour moi que pour ces lecteurs prudes qui utilisent mon moteur de recherche.

D'ailleurs, quand on lit la seconde en dehors du contexte de la première, elle n'a pas l'air fort salasse. Pourtant, imaginez un type dans un dîner chic qui se mettrait à hurler les mots, un par un, très fort. Imaginez un instant. Vous voyez la tête des gens qui l'entourent. Non, décidemment, ce sont bien des termes grossiers.

En aparté, j'en profite pour expliquer quelques principes de traduction pour ceux qui ne sont pas très au fait de ces techniques. D'aucuns trouveront que traduire "etroit" par "bonne" c'est faire preuve d'un contresens total. Or, si je prends mon dictionnaire des synonymes, je constate que "étroit" se trouve être : "juste, serré, étriqué, riquiqui, resseré, encaissé, petit, intime". Pas de "bonne" là dedans. Mais rappelons que vu le contexte de la liste dans laquelle est inséré le mot "étroit", il y a fort à parier qu'il soit relier au mot "sexe". Or, un homme peut-il avoir un sexe étroit ?

Il s'agit donc bien de la version lubrique du sens du mot "étroit" qui est en cause. Or, pour bien traduire en un mot l'idée, seule le mot "bonne" me vient à l'esprit. Pourtant, ce n'est pas forcément le sens que les hommes à une femme qui est dite "bonne". Souvent il s'agit d'un terme évocateur du paisir que l'on s'imaginerait avoir avec une femme lors d'un rapport crapuleux. Mais justement, s'il existe cette projection de plaisir, c'est bien parce qu'on imagine cette femme étroite, tout au moins une partie de son anatomie. Accueillante, moelleuse, humide et étroite. Voilà bien quatre qualificatifs qui permettent de traduire correctement le sens de ce qu'imagine un homme lorsqu'il voit passer une femme de "bonne", mis à part le contexte ménager.

Si on a réussi à expliquer le côté "littéraire" de mes lecteurs (trices), il reste encore à expliquer en quoi ils (elles) sont extraverti(e)s. Tout simplement car ils n'ont pas peur de laisser dans un espace public leurs interrogations sur le sexe. Ils savent qu'ici, on peut tout dire, tout écrire et que rien ne risque d'être spécialement choquant. D'où l'absence parfois étrange de commentaire. Pourquoi laisser un commentaire si celui-ci est noyé dans un océan de nihilisme total (au sens pur du terme) ? Bref.

Extraverti littéraire ET curieux intellectuellement. Voilà deux qualités de mes lectrices (teurs). Mais on peut poser des questions supplémentaires afin d'en savoir plus sur ces visitrices (teurs). Je pencherai plutôt pour des lectrices. D'une part parce que les hommes sont souvent moins littéraires dans leur approche du monde sensible - en excluant la Théorie de la Raison Pure du discours bien sûr - que les femmes. Pour un homme, une paire de nichon, ça suffit à faire démarrer la machine. Pour une femme, il faut commencer les négociations longtemps avec du bonus dolus, puis des fleurs, puis restaurant, puis ambiance calme et tamisée avant d' enfin arriver à l'arrachage de culotte pur et simple, sans autre forme de procès pour ce bout de dentelle qui finira sa fin de soirée sur le sol, en boule, recroquevilllée sur soi, dans l'humidité, pendant que d'autres iront chercher les fruits du bonheur. Pauvre culotte. Chaque jour des drames existentiels se produisent à côté de nous et nous ne savons pas les voir. Recueillement.

Donc il me semble que ce premier indice me laisserait penser qu'il s'agit d'une femme. Mais ça n'est pas suffisant. Le thème abordé semblerait pouvoir convenir à une interrogation féminine. "Vagin", voilà bien un mot qu'aucun homme ne va aller fourrer dans un moteur de recherche, sauf s'il est gynécologue. Le mot en lui-même n'est pas attirant. C'est plutôt un mot pour une femme. "Fellation" pourrait être un mot qu'un homme taperait mais... MAIS vu le graphisme de mon site, il se doutera que taper ce mot-clef dans mon moteur de recherche interne sera à peu près aussi inoffensif qu'un verre de grenadine. Aucun homme n'ira taper ce mot sur mon site. Encore une femme, j'en étais sûr. A la recherche d'une technique ou de mon email pour me contacter? Personne ne saura jamais. "etroit"... Là je suis perplexe car ce mot a été tapé trois fois de plus que le mot "sexe", et moins souvent que le mot "fellation" (d'ailleurs on aurait écrit "fellation étroite", ça s'accorde). La seule explication que j'ai, c'est que quelques personnes ont aussi tapé "esprit étroit" ou "con étroit", trois fois... Dans un seul cas, un homme aurait pu écrire l'un de ces mots. Lequel ? Mystère. Enfin, le mot "sexe" qui rayonne dans toute sa splendeur. Dans la femme, tout n'est que sexe. Donc, pas besoin de plus de démonstration. Ce sont des lectrices qui ont mis en exergue ces mots-clef.

Un mystère de l'humanité de plus a été levé cette nuit. Rendons grâce à notre bonne mère la Vie. Alleluia!

Romook, CQFD

Peaceful moment...

Silent...















It's like a good blog... Like a perfect woman : no sound, isn't it?

Romook, in a blog like a dream