Après mes exploits de rédaction de texte en chinois et de mon expérience d'enseignement à l'université de Wu Han, j'ai décidé de rédiger Antigone en chinois. Bien évidemment, j'ai de vagues souvenirs de la pièce de Sophocle et bons souvenirs de celle d'Anouilh (j'avais joué le rôle de Créon). Seul regret, Racine n'a pas laissé de matériel sur ce thème, sur la tragédie des tragédies... Et en Chine, je découvre une pièce de Racine : Les Thébaïdes... Aurait-il comblé ce manque que j'ai attendu depuis plus de quinze ans...

(...)

Antigone :

Vos intérêts ici sont conformes aux nôtres,
Les ennemis du roi ne sont pas tous les vôtres;
Créon, vous êtes père, et dans ces ennemis,
Peut-être songez-vous que vous avez un fils.
On sait de quelle ardeur Hémon sert Polynice.

Créon :

Oui, je le sais, Madame, et je lui fais justice;
Je le dois, en effet, distinguer du commun,
Mais c'est pour le haïr encor plus que pas un.
Et je souhaiterais, dans ma juste colère,
Que chacun le haït comme le hait son père.

Antigone :

Après tout ce qu'a fait la valeur de son bras,
Tout le monde en ce point ne vous ressemble pas.

Créon :

Je le vois bien, Madame, et c'est ce qui m'afflige;
Mais je sais bien à quoi sa révolte m'oblige;
Et tous ces beaux exploits le font admirer,
C'est ce qui me le fait justement abhorrer.
La honte suit toujours le parti des rebelles;
Leurs grandes actions sont les plus criminelles,
Ils signalent leur crime en signalant leur bras,
Et la gloire n'est point où les rois ne sont pas.

Antigone :

Ecoutez un peu mieux la voix de la nature.

Créon :

Plus l'offenseur m'est cher, plus je ressens l'injure.

Antigone :

Mais un père à ce point doit-il être emporté ?
Vous avez trop de haine.

Créon :

Et vous trop de bonté.
C'est trop parler, Madame, en faveur d'un rebelle.

Antigone :



L'innocence vaut bien qu'on parle pour elle.

Créon :

Je sais ce qui le rend innocent à vos yeux.

Antigone :



Et je sais quel sujet vous le rend odieux.

Créon :

L'amour a d'autres yeux que le commun des hommes.

(...)

Voilà, c'est beau, non? Mon problème, c'est que mon Antigone ne peut pas avoir un caractère trempé dans la tragédie comme celui là. Evidemment, elle sera forte, mais avec des hésitations. Je sais pas. J'ai plein de question. Il y a sept ans environ je m'étais attablé à une Antigone. Et puis, j'ai laissé tombé considérant que j'étais trop jeune. Aujourd'hui, je suis toujours pas mûr pour Antigone je pense... Je me fracasse littéralement sur la beauté de la pièce. Eparpillé en mille morceaux, comment arriver à construire des personnages qui ont du coffre. Pour une pièce comme Antigone, il faut des personnages trempés dans le feu des sentiments humains.

Bon, j'ai pris des notes. Je vais l'écrire car ma prof de chinois l'attend pour lundi matin. Utilité : je vais utiliser beaucoup de mots juridiques utiles...



J'adore la tragédie.

Romook, bébé tragédien