En vue de la cinquième semaine, vous retrouvez votre émission de blog réalité en direct, bien que décalé par rapport aux horaires habituels... 4 semaine, n'est-ce pas l'heure des bilans ? L'euphorie des premiers instants passés, comment notre champion va-t-il égayer son quotidien, bientôt devenu routinier... Laissons lui la parole :

"Le premier point marquant, c'est mon premier examen de chinois où j'ai eu 75 / 100. Note qui me paraît honorable puisque c'était un examen écrit, sans l'aide d'un dictionnaire.. Quand on sait qu'au mois de septembre, je ne connaissais encore aucun caractère... Que de progrès! C'est très encourageant. Néanmoins, je n'ai eu que 75 /100 car j'ai encore beaucoup de lacune à combler. Je suis en retard sur mes camarades en terme de lecture et d'écriture : heureusement qu'à l'oral je me débrouille bien. Cette semaine j'ai même réussi à faire cette phrase en chinois : "Si je comprends bien, professeur, lorsque vous me demandez combien de temps j'ai passé sur mon travail et que je n'ai pas envie de vous dire que c'est peu de temps, je vous dis 'un certain nombre' heures." Le point de grammaire portait sur l'utilisation d'un mot qui permet de donner un ordre d'idée d'une durée, sans que l'on puisse l'exprimer complètement, soit parce qu'on l'a oublié, soit parce qu'on n'a pas envie de répondre. La prof était saisie de la complexité de ma phrase, mais certainement pas tant que moi!!

Sinon, je me suis amusé à écrire quelques poèmes en chinois. Effet garanti sur les chinois(es)! Sûrement qu'il y a des nuances que je ne maîtrise pas mais qui leurs parlent...

风抚爱花.
风是谁 ?
风去哪儿 ?

Evidemment, je vais vous dire que c'est intraduisible. C'est surtout que le français est beaucoup plus précis et que l'on perd en ambiguité en traduisant. Sinon, ça donnerait ça :

Le vent caresse les fleurs.
Qui est le vent?
Et où va-t-il?

Il faut savoir que la dernière phrase correspond à une phrase que l'on entend partout dans la rue et qui demande où quelqu'un se dirige. L'idée de cette phrase semble être une sorte de "comment ça va?" qui n'appelle pas de réponse. le vent (风) peut aussi être un prénom. En fait, il existe une ambiguité dans le poème sur le fait que l'on parle d'une personne ou du vent personnifié... Bref, vous saisissez toute l'ampleur de ce poème qui restera probablement un des fleurons de la littérature chinoise du XXIème siècle ;-)

Sinon, il y en a un autre, intraduisible aussi, je n'essaierai d'ailleurs pas :

树在草原.

大的树,更大的山.

小的树,更小的花.

那高高的树是什么?

Bref, sinon, à part ces délicieux moments de joie littéraire, je vais goûter cette semaine au plaisir de la calligraphie. Je suis impatient, ça débute demain.

Le point noir de ce voyage semble la pollution. J'ai l'impression d'avoir une légère intoxication alimentaire permanente et parfois, du mal à respirer : c'est tout simplement incroyable. On ne sait tout simplement pas s'il faut laisser la fenêtre ouverte ou, au contraire, la laisser fermer pour améliorer les choses. Dans mes rêves les plus fous, j'avais imaginé plein de choses sur la Chine, jamais je n'avais pensé à la pollution. Tout simplement parce que je n'avais jamais imaginé qu'il existerait un endroit sur terre où l'on peut attraper un mal à la tête en marchant dans la rue. Quand je pense que je trouvais Londres polluée, ça me paraît être un bol d'air frais en montagne maintenant."

Merci cher Romook de toutes ses impressions variées... Maintenant, nous rendons l'antenne. A vous cognacq jay!