Romook, ectoplasme bloguique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 29 janvier 2006

Bonne année du Chien!

C'est le nouvel an chinois... Bonne année à tous!

Romook, entre France et Angleterre, esprit de fête

mercredi 25 janvier 2006

Restaurant à Nancy

Hier soir, j'ai mangé à la Taverne - Chez Marcel, à Nancy. Ambiance un peu kitsch mais c'était très bon : Filet à la crème, flambé... Hmmmmmm... Et j'ai pris conscience que c'était probablement mon dernier restaurant français avant une longue période... I've enjoyed it!

Romook, la bouffe aussi c'est important

dimanche 22 janvier 2006

A propos du rire...

"D'un bout à l'autre de cette vie humaine, qui est notre lot, la conscience du peu de stabilité, même du profond manque de toute véritable stabilité, libère les enchantements du rire. Comme si brusquement cette vie passait d'une solidité vide et triste à l'heureuse contagion de la chaleur et de la lumière, aux libres tumultes que se communiquent les eaux et les airs: les éclats et les rebondissements du rire succèdent à la première ouverture, à la perméabilité d'aurore du sourire. Si un ensemble de personnes rit d'une phrase décelant une absurdité ou d'un geste distrait, il passe en elles un courant d'intense communication. Chaque existence isolée sort d'elle-même en une sorte d'éclat facile, elle s'ouvre en même temps à la contagion d'un flot qui se répercute, car les rieurs deviennent ensemble comme les vagues de la mer, il n'existe plus entre eux de cloison tant que dure le rire, ils ne sont pas plus séparés que deux vagues, mais leur unité est aussi indéfinie, aussi précaire que celle de l'agitation des eaux."

G. Bataille, extrait de "L'expérience intérieure"

Happy birthday : 30 ans plus tard

Aujourd'hui, j'ai officiellement trente ans. 2006 - 1976 = 30.

Ca laisse rêveur. Tout d'abord, merci à ceux qui ont eu la gentillesse de me le souhaiter, ça me touche. Spéciale dédicace pour Catemig qui m'a fait souffler les bougies, opération que je n'avais pas exécutée depuis tellement longtemps que je suis incapable d'en donner une approximation. Ca m'a d'autant plus touché que je ne m'y attendais pas du tout.

30 ans, qu'est-ce que cela veut dire ? Rappelons que c'est un âge physique, un âge qui se quantifie, mais quel est mon âge en terme de maturité, de culture, d'expérience... Il y a bien des domaines où je suis encore un enfant qui s'émerveille devant la simplicité de la découverte. Il y a bien d'autres domaines où la discussion me semble vaine, tellement j'ai traversé ses chemins dans tout les sens et en visité chaque recoin. Un enfant dans un cas, un vieillard dans un autre...

Alors, 30 ans, aujourd'hui, qu'est-ce que ça veut dire ?

Romook

vendredi 20 janvier 2006

Yukari !!

Hey! It was a really good party! Thanks to you yukari! I've met some friendly and interesting persons (4 new phone numbers in the same evening!!)...

Now, I understand all foreigners study English here. "What do you make in London ? I'm study English"... That is one part of discussion between two foreigners at the first meeting. This evening : 2 south korean women, one turkish woman, two venezuelians (male and female), one japanese woman, one from slovakia (with french kiss to say "hello" (I've just seen a little fox in my street and, sure, i'm not so drunk), one from czekish republik and 2 others from I don't know because i could speak with every body. Just one last thing, one said to me I have a lovely french accent Thanks to her. And, in the same time, everybody ask me to know why I want study English because I don't need that. 2 choices :first, i'm so bad and it's unuseful to try to learn English... Second, I speak so well with my lovely french accent... I'm not sure for the good choice between the both...

OK, now, I must go in my friendly bed, alone, of course, else, tomorrow, I will be so tired in the course.

Oh! Last news! Jun Yin, pretty south korean woman, will go in Beijing from March to July. I will have one friend China, met in England. Very funny. She speaks well chinese (she lived for three years in China). Hmmmm... It's all for this night.

See you later, dear reader

Romook, bla- bla- bla

jeudi 19 janvier 2006

Ma journée d'hier

J'ai décidé de raconter un peu ma vie. Hier, lever à 6h30, comme d'habitude. Travail sur internet et café, douche, me voilà sur le quai de la gare à 8h45 (en retard!!, mon cours commence à 9h). Pour une fois, le train est à l'heure, ne prend pas de retard sur le trajet et me voilà arrivé à l'école à 9h30.

Je salue l'ensemble de la classe, soit dans l'ordre : David le professeur, Anne (française), Julie (Coréenne), Julia (Hongroise), Yukari (Japonaise), Mamiko (japonaise), Marie (allemande). Me voilà assis entre Mamiko et Yukari : je ne donnerai pas de précision sur le fait que cette place est une place de choix ou non. Mais à choisir, c'est celle-là que je prends :-))

On étudie des annonces pour voir ce qu'elle raconte et savoir avec quelle style de lettre on doit répondre. 10h30 : Breaktime. Je cours me chercher un café et un Triple Chocolate Chunk (un cookie à 3 chocolats : ). La jeune fille qui sert me reconnaît et me demande si je veux la même chose... Et oui, "I'm adicted". De retour dans la classe, Yukari m'explique le lieu de notre rendez-vous ce soir, un pub dans un quartier à une heure de chez moi et avec peu de ligne pratique. Mon dernier train est à 0h15. C'est pas trop tôt ça va. C'est la première fois que je sors avec elle et je suis assez impatient de la connaître un peu plus, c'est une femme étonnante a priori. Elle est japonaise et donc imprégnée d'une culture assez rigide en théorie.

Vous connaissez mon sens de la provocation... Un prof me donne un article à résumer sur une critique d'une biographie de Jean-Paul Sartre et de Simone de Beauvoir : relations, etc... Dans cet article, il était relaté que Simone de Beauvoir était tombée amoureuse de JPS et lui avait dit. Il a répondu qu'elle pouvait rester à ses côtés si elle acceptait qu'il ait d'autres femmes dans sa vie. Elle accepta. Je ne ferai pas de commentaire sur cette proposition immorale et cette acceptation, tout aussi scandaleuse qu'indécente, inutile de vous cacher mon désarroi, cher lecteur, vous me connaissez suffisamment bien ;-)

Je tends l'article à Yukari et lui demande ce qu'elle pense de cette situation. Réponse tout aussi choquante : "je ne vois pas où est le problème. - Tu seras d'accord si ton boyfriend te proposait ça ? - Oui. Mais je suis particulière. - En effet, je n'imaginais pas qu'une japonaise puisse penser ça. - Je suis une japonaise particulière (rires)"

Suite à cet échange de propos, échange de téléphone, etc... Rien de grivois rassurez vous. Bref, c'était il y a 15 jours et ce soir, je dois appronfondir tout ça dans un pub avec des amis à elle, peut-être y aura-t-il son petit ami si elle en a un.

Reprise du cours : on doit rédiger une lettre de candidature pour une bourse étudiante en 250 mots. C'est intéressant d'être dans une école de langue pour faire des travaux écrits sur table pendant les cours.

Le midi, j'ai mangé seul comme un grand en révisant ma présentation des moyens publicitaires existants our créer du trafic sur un site web. Présentation que je devais faire en Anglais, of course. Le cours démarre, puis présentation (50 minutes à l'oral, seul, avec plein de faute de temps et des explications un peu confuses parfois). Pas facile une présentation en Anglais.

Ensuite direction Greenwich, un pub près du Cutty Sark. Le plus bel endroit de Londres que je connaisse avec le meilleur pub que je connaisse. Vu sur la Thames (je sais plus comment on le dit en français), petit endroit avec des vieille table marine... Hmmmmmm

16h00, Jamie arrive avec Dae Chun (1er dan coréen de Go). Après midi partie de Go. 19h30 et 3 pintes plus tard, direction South Kensington pour manger avec Vincent, un français du club de Go. Soirée très sympa et je doisle quitter malheureusement à 23h15 pour rentrer à ma maison. Je suis rentré à 0h30 (et oui, j'habite loin et les trains ne sont pas là très souvent, plus le temps de se rendre à la gare via le metro). Dodo : 1h30.

Voilà une journée de Romook.

Elles se suivent mais ne se ressemblent pas. Encore rien de prévu pour vendredi, mais je ne m'inquiète pas, il y aura forcément quelques pintes de bières au rendez vous

Romook, dure, dure la vie à Londres.

PS : je vous laisse apprécier la vue du pub et le pub lui même


mercredi 18 janvier 2006

Maisons closes...

Le gouvernement anglais s'apprête à légaliser les petites maisons de passe (2 à 3 prostituées maximum) et à interdire la prostitution dans la rue, sauf dans certaines zones. L'objectionf de cette nouvelle règle est de permettre aux prostituées de travailler dans des meilleures conditions d'hygyène et d'éviter qu'elles puissent être sous l'influence de l'alcool ou de la drogue. En France, j'imagine que la même proposition déclancherait un déchaînement des associations de lutte contre l'esclavage.

Question de culture sûrement.

Romook

mardi 17 janvier 2006

Caméra vidéo & meurtre

La ville de Londres est truffée de caméra video (CCTV). Aujourd'hui, dans le métro (quotidien gratuit), on a les images du meurtre d'un avocat d'affaires sur le quai du métro. Deux hommes de couleur noir, agés d'une vingtaine d'année, mal habillés l'ont tué après lui avoir voler quelques affaires d'une vingtaine de coups de couteaux. Les mêmes agresseurs ont détroussé une autre personne dans l'heure qui suit le crime.

Les agresseurs ne sont toujours pas identifiés.

A quoi servent les retransmissions video ?

Vous n'êtes pas plus protégé qu'avant. Les agresseurs ne sont pas plus inquiétés. L'intérêt réside-t-il dans la possibilité de mettre des photos sensationnelles dans le journal ?

Dans le même temps, nous suivons, quelques pages plus loin, les nominations de l'émission "Big Brother"... Hmmmmmmm

Cherchez l'erreur.

Romook, contrarié

dimanche 15 janvier 2006

Relationship creator 2 : le retour

Hier soir, après avoir fait quelques belles parties de Go (5 parties, 3 victoires dont 2 (9 et 6 pierres) contre un 1er dan coréen), j'ai fait la rencontre de Jamie. Jeune homme sympathique dont j'ai récolté le numéro de téléphone en suivant, sans le vouloir, toutes les prescriptions anthropologiques du fameux ouvrages de Kate Fox (voir en bibliographie de mon blog : un ouvrage à lire absolument pour tout candidat à l'expatriation en Angleterre). D'un niveau légèrement inférieur au mien au Go, il était très intéressé par le fait que j'allais prendre une bière après les parties. Nos noms se sont échangés au bout d'un quart d'heure (sur mon initiative). Bien entendu, j'avais la délicatesse de ne pas lui poser de question sur lui directement. Il faut avouer que son accent est certainemment l'un des plus difficiles à comprendre que j'ai rencontré à ce jour, ce qui facilitait mon peu de prise de risque et d'initiative dans la conversation. Direction le pub, qui, rappelons le, est le lieu de sociabilisation anglais.

Il explique alors à son ami coréen que la leffe (!!) est une bière anglaise bizarre. N'écoutant que mon courage, et mon ami Alexandre n'aurait que pu m'approuver dans cette démarche, j'explique que cette dernière est une bière belge (au même titre que la Kriek Belle-vue à la cerise, servie également à la pression au bar) et qu'à côté de chez moi, on l'apprécie beaucoup. S'ensuit une légère discussion concernant Stella Artois, Kronenbourg et Hoegaarden. Sujet impersonnel. Puis une autre sur le thème : "les français comprennent-ils le flamand". Thème impersonnel.

Les codes de communication étant parfaitement respectés (lieu de sociabilisation + Alcool + intérets communs, le test du SAS (Sociability, Alcohol, Sheltered interest) mis en place par Kate Fox était rempli, je pouvais donc demander le numéro de téléphone de mon camarade de bière pour convenir d'un rendez-vous qui aura donc lieu, mercredi à 16h, au Pub Trafalgar dans le quartier de Greenwich pour une partie de Go. C'est pas beau la vie ?

Si on ajoute à ça que mon camarade de Go d'internet m'a introduit auprès d'un avocat anglais spécialisé dans la propriété intellectuelle et le droit des nouvelles technologies, on peut dire que mon voyage prend une autre couleur pour la semaine prochaine... justement au moment où je repars en France En tout cas, les 3 prochaines semaines en Angleterre risquent d'être riches en relations sociales et en contact puisque j'ai rendez-vous également avec un français qui a créé son entreprise de consulting ici il y a quelques années et qui veut me rencontrer pour que l'on travaille ensemble (rédaction de contrat), rendez-vous avec l'anglaise que j'ai rencontré à Tokyo et une barrister.

Romook, confiant

samedi 14 janvier 2006

Combat quotidien

Comme tous les endroits du monde ont leur désagrément, mon lieu de vie est aussi un de ceux où ma personne est quotidiennement remise en question dans sa dignité.

La chasse d'eau des toilettes ne veut pas fonctionner avec moi... Régulièrement, après de multiples tentatives, je dois me résoudre à demander l'aide d'autrui. Dans certain cas, ce n'est pas trop gênant. En revanche à certains autres moments, je vous laisse imaginer

Romook, qu'est-ce que ça va être en Chine !

Pubs anglais : conseils d'approche

Le pub est le lieu de rencontre et de sociabilisation des anglais. Else, no way... Mais, encore faut-il choisir son pub et s'y maintenir. Hier soir, j'ai essayé le pub de mon quartier, loin du centre de Londres, où les pubs rendent les individus anonymes du fait de leur taille et de leur manque de "regular" (les habitués).

Bon, si j'y vais régulièrement, je suis sûr de m'y faire des compagnons de pub. C'est tout. Mais il faut y aller régulièrement car les discussions sont brèves et étalées dans le temps. J'ai discuté hier soir pendant 3h avec un anglais et échangé quelques bribes de phrases avec d'autres. 3h de discussion : une question / réponse toute les demi-heure environ. A ce train là, il va en falloir du temps pour connaître quelqu'un et commencer à plaisanter... On verra. Vu que c'est le seul canal de communication envisageable, je vais l'exploiter.

Si, en Angleterre, je n'arrive pas à me faire des amis, 4 mois en Chine risque d'être ma plus longue période de jeûne en matière de relations sociales...

Romook, anthropologue

jeudi 12 janvier 2006

Bad mood

Today, i've met an hungarian man, very interesting. We have drunk 2 beers in a pub, South Kensington. I have got a new phone number and a new friend. But, where are English friends ?

Romook

lundi 9 janvier 2006

Relationship creator

OK. J'avoue que j'ai échoué. Je suis à la fin de la semaine et, dans mon téléphone portable anglais, je n'ai que 4 numéros de téléphone d'autochtones pour le moment. Pourquoi, alors que je pense être sociable et tout, et tout... Je n'arrive pas à tisser de liens, pour le moment, avec les indigènes? My poor english? No. C'est le choc des cultures.

Récapitulons. Lorsqu'un anglais rencontre un anglais pour la première fois, de quoi parle-t-il ? Du Temps (the weather). DU TEMPS

Explication : il est incorrect de dire son nom, sachant qu'il est encore plus incorrect de demander celui de l'autre. Bien entendu, dans le même ordre d'idée, il est incorrect de demander quel est le métier de l'autre, s'il / elle est marié(e) et toute autre chose concernant la vie privée.

Comment fait-on pour communiquer à propos de soi ? Ben, on le fait pas En fait, c'est facile. Alors comment se fait-on des amis? Avec le temps (time) en parlant du temps (weather)... On m'a expliqué qu'à Londres, c'était pire qu'ailleurs. Ben, je suis rassuré Mon incompétence à me créer des relations n'est pas dû qu'à moi. Cette semaine, ça devrait se débloquer un peu : je le sens bien. Mon premier contact avec le club de Go a été un succès : j'ai le numéro de téléphone d'un français vivant à Londres depuis 5 ans. Le dirigeant du club m'a promis de me faire rencontrer des personnes exprès pour pouvoir jouer au Go pendant la semaine, samedi prochain.

Demain,je rencontre un joueur de Go avec lequel je joue sur Internet depuis 3 ans maintenant (time + weather = friend ?). D'après le livre "Watching the English", je dois pouvoir édulcorer le paramètre "Time" par celui d' "Alcool". On va tester cette semaine on verra bien. Déjà, j'ai la bonne recette : ne pas aller dans les pubs du centre de Londres (picadilly, etc...), peu pourvoyeurs d'amis. Concentrer ses efforts sur les petits pubs de quartier semblent plus profitables : on va voir...

Romook, cap sur les friends

dimanche 8 janvier 2006

Drunk you confused

Scandale dans le parti démocrate libéral de Grande Bretagne. Charles Kennedy a avoué qu'il avait été soigné pour alcoolisme. 25 membres du Parlement de son parti refusent maintenant de travailler avec lui et réclament qu'il se retire de la vie politique. Il a également reçu beaucoup de messages d'hommes politiques l'encourageant à poursuivre son action politique. Seul capable de fédérer autour de lui les divergences dans son parti et pressenti comme leaderpour les prochaines élections, cefait d'actualité arrive à brûle pourpoint au moment où le gouvernement veut réglementer les horaires de fermeture des pubs (pour plus tard) dans un souci de santé publique. L'heure de fermeture est considéré comme étant trop tôt dans la soirée ce qui amèneraient les britanniques à de drôles de comportement (boire très vite plein de bière juste avant la fermeture du pub).

Hier soir, j'ai pris le train vers minuit (last train) pour rentrer dans ma famille d'accueil. Il y avait une euphorie bon enfant présente dans le train très sympathique, due certainement à léger excès de boisson général

Les couples s'enlaçaient tendrement, les gens discutaient ensemble avec un large sourire et une attention, qui semble-t-il, était difficile...

Bref. Question : en France, serait-ce un scandale que d'entendre un tel aveu de la part d'une homme politique ? Surtout sachant qu'il est vraiment populaire et reconnu comme très compétent ?

Romook, grand reporter sur la brèche

samedi 7 janvier 2006

Premiers jours

Je suis arrivé à Londres sereinement. Fort de mon expérience "tokyo-ite", je me suis dit que c'était dans la poche. Pas besoin de taxi, j'avais connu le pire :se perdre au Japon, c'est à dire sans nom de rue et des noms de station juste rédigés en caractère japonais. Pour une illustration de ce voyage nippon, voir mes billets quotidiens du mois d'août.

Le système ferroviaire anglais n'est pas très clair au début. Une fois compris le fonctionnement, se déplacer dans la capitale est un jeu d'enfant. Un conseil : comme pour toutes les grandes villes, avoir une carte détaillée de la ville simplifie grandement la vie.

Bref, je me précipite, dès mon arrivée à la waterloo station, vers le centre d'information des touristes. Je veux acheter une carte. D'où, prendre de l'argent au distributeur. Là, first problem, l'appareil ne veut fonctionner avec ma carte. Que faire ?

Continuer mon chemin et en essayer un autre. Muni de ma valise à roulette d'au moins 30 kg, je me mets à grimper des escaliers et là, ça sent le "je vais plutôt prendre un taxi que de prendre le train pour me rendre dans ma famille". Réflexion. 30 minutes de train et j'ai déjà le billet OU prendre le taxi, ce qui nécessite du cash que je n'ai pas et payer cher. Résultat : better way is the train.

Je demande mon chemin à un homme de renseignement ( Trouve pas le mot en français ) qui m'explique quelle ligne prendre. Tout est ok. C'était ce que l'on m'avait indiqué quand j'étais en france. Aprèsde pénibles escaliers (cause valise), me voici sur le quai. Théoriquement, je suis dans la famille dans 30 minutes. Pour être sur de mon coup, je demande si c'est bien le train pour Lee qui va arriver à un jeune homme : "Oh sure, it's this. Just stay here and in few minutes,'ll come." OK. Bon, donc je stay, il arive et je grimpe.

On démarre.

10 minutes plus tard, je regarde les stations prévus sur la ligne à l'intérieur du train et oh! Surprising! Ce n'est pas le bon.

Je vous passe les détails du "je descends, je demande... je monte un escalier, je descends un escalier, je demande..., etc" Je suis arrivé dans la famille avec 1h30 de retard sur l'horaire prévisible.

Ca commence bien, me suis-je dit. Au moins, j'ai eu droit à un accueil extrêmement chaleureux et, depuis le début de mon séjour, je ne peux pas me plaindre on est au petit soin avec moi.

Romook

mercredi 4 janvier 2006

En direct de Londres

"A man sued a council after he soiled his trousers - because a public toilet at a bus station was closed, a report has revealed. Another man launched a legal action because he did not see a traffic roundabout in broad daylight, even though it had a large tree in the middle. And a shoplifter sued because she fell down stairs while running from the scene of a crime. Iwan Borszcz, of public sector insurer Zurich Municipal, said : "We are constantly amazed at some of the excuses people use to try to claim against public bodies."

Comme quoi, on sait s'amuser aussi en Angleterre.

Pas encore bu de bière dans un pub, mais ça va pas tarder

Romook

mardi 3 janvier 2006

London newspaper

Les jours se suivent, les années se passent et, bien que l'on fasse tout pour éviter ça, surtout moi peut être, la monotonie nous submerge...

En direct de London, mes activités outrancières de la lecture du 20 minutes de cette année, à la recherche de l'article insolite, se poursuivent et, dès ce matin, i found this one :



Police stand by fined for lost driver



Traffic police have defended a £30 fine issued to a motorist who stopped on the hard shoulder (=bande d'arrêt d'urgence, comme on le comprend un peu plus loin) of a motorway (= autoroute!!) to ask for directions ( et ça, on peut pas l'inventer...).



Rachael Farthing, 44, claims police acted unreasonably when she pulled over the M6 (numéro de l'autoroute, nous c'est A comme.. Eux, c'est M comme motorway. Easy, isn't it?) near Birmingham. But a spokeman for the Central Motorway Police Group said "drivers should use the hard shoulder only in emergency. The hard shoulder is an extremely dangerous environment and the Higway Code is clear as to the dangers and correct procedures."



Miss Farthing, 44 (au cas où on aurait pas compris que la décrépitude l'attend, le journaliste s'apesantit lourdement), of Oaby, Leicester ( et la présomption d'innocence ?!), got lost while trying to find the exit from the M6 to Birmingham city centre, she said : "I was a damsel in distress."



A quand la mise en place d'office du GPS à bord des voitures de la ménagère de plus de quarante ans en Great Britain?



Romook, observateur de la civilisation britannique