Aujourd'hui, la journée a commencé par essayer de trouver l'anglaise. Ben oui... Pas prévu d'heure pour ce soir, pas son nom, pas son numéro de chambre. Bref, ça commence mal. Je vais à la réception du Ryokan. Je leur demande s'ils peuvent transmettre un message à une londonienne. Après quelques recherches, ils me disent qu'il n'y a personne en provenance de Londres, et donc qu'ils ne trouvent pas la chambre...

Me voici donc parti pour Tokyo à la recherche de l'hôtel OKURA pour voir la cérémonie du Thé. Uniquement sur réservation. Je le sais, mais évidemment, je ne réserve pas car je ne sais pas à quelle heure j'y arriverai. Tout peut arriver, y a des changements de ligne de trains, de métro... En fait, je me retrouve rapidement dans le bon quartier, mais je cherche à faire beaucoup de photo, ce qui me prend pas mal de temps.

Une fois à l'hôtel, je découvre un palace immense. 4 restaurants, 2 bars. Des couloirs de 5 mètres de large, une moquette de la même épaisseur que ma couette... Bref, TRES GRAND STANDING. J'arrive avec mon petit sac à dos Asics, mes sandales et mon pantacourt. La grande classe :-))

Evidemment, on m'annonce que la cérémonie du thé ne se fait pas entre midi et que la personne qui gère ça est partie déjeuner. Me voici donc moi-même parti déjeuner. Puisque le ridicule ne tue pas, je pousse le vice à aller manger dans le restaurant japonais de l'hôtel. Je compte bien évidemment sur ma connaissance des bons usages japonais pour faire oublier mon déguisement de touriste américain, ayant oublié sa casquette (bon, elle est dans mon sac, mais je n'oserai pas la mettre)... Repas délicieux. Je mange à côté de deux mamies, très soucieuses de ma manière de manger. Ça doit les satisfaire car elles finissent par m'offrir un bol de riz. Je leur adresse donc de grands remerciements par courbette puis fini mon (leur) bol de riz.

De retour à la réception, on m'annonce qu'il n'y a pas de cérémonie du thé possible pour moi ce jour. La dame de l'accueil, très gentille, se débrouille et me trouve une autre cérémonie du thé à l'Imperial Hotel. J'y vais en taxi.

Imperial Hotel. Un standing au-dessus du précédent hôtel. Obligé de demander mon chemin pour trouver les ascenseurs, etc... IMMENSE. Là, j'observe la cérémonie du thé. A voir et goûter une fois.

Ensuite, direction le Kabuka za Theatre pour aller chercher une place. Je ne suis pas du tout fan de Tokyo. Je pense que j'aurai mieux fait de rester à Kyoto qui correspond plus à mon tempérament. Je traverse le quartier Ginza qui est le quartier chic. Que dire ? Ce sont des belles boutiques, sans grand intérêt à mon sens. Question de goût. Tokyo n'a aucun charme à mon avis. C'est une grande ville pleine de buildings.

Je passe une petite heure dans un café à observer la ville en attendant le début de la pièce dans un café. Ensuite, je commence à faire la queue pour acheter mon billet pour aller au Théatre. Je rencontre une mexicaine qui a passé un an en France. On parle en français de nos impressions du Chiapas, au sud du Mexique...

Après avoir pris place dans la salle de théâtre, je fais la connaissance d'une jeune japonaise qui m'explique en anglais le fonctionnement de la pièce. Pour la remercier, nous allons prendre un verre dans un bar juste à côté. Discussion sur l'art. Je prends congé d'elle et me rends au Ryokan pour retrouver la londonienne dont je n'ai évidement aucune nouvelle.

Je suis sur Msn avec mon ami Julio qui me donne l'idée de demander s'ils n'ont pas une anglaise dans le Ryokan. Question évidemment idiote, puisque s'il n'y a pas de londonnienne, il n'y a pas de raison qu'il y ait d'anglaise. Et ben si, on me donne son nom, son numéro de chambre. Et oui, les japonais de la réception pensaient que London était le pays de résidence de cette jeune femme, c'est pour ça qu'ils ne trouvaient pas. Je vous laisse apprécier :-)

Après avoir retrouvé Clara dans sa chambre, nous allons dans un restaurant à Sushi où nous rencontrons un couple d'italiens fort sympathiques. Après quelques bières et autres vins japonais, ayant enterré tout le monde, nous sommes rentrés à l'hôtel pour un repos bien mérité. Chacun dans sa chambre.

Demain, retour à Osaka : le sac n'est pas réparable.

Romook, Tokyo, in the pocket!