Depuis fort longtemps, les hommes font un "complexe" sur la longueur ou la grosseur de leur sexe. Toutefois, depuis toujours, les femmes clament haut et fort que ce n'est pas la taille qui compte. D'accord, je veux bien l'admettre. Et l'inverse ?

Est-ce que la profondeur ou l'étroitesse d'une femme n'est pas quelque chose d'important ? To be or not to be ? That is the question.

Un chirurgien belge, Jeff Hoeyberghe, s'est spécialisé dans la chirurgie des lèvres féminines, mais pas celles où l'on met du rouge à lèvre... En effet, les femmes, toujours soucieuses de leur aspect esthétique (imposé par la pression sociale ?), sont demanderesses de ce type d'opération. Il était classique que la virginité soit reconstituée, néanmoins, là, on gravit une marche dans la recherche esthétique. Une nouvelle étape a été franchie.

Ce docteur propose de reconstituer l'appareil génital féminin dans son étroitesse d'origine (et il assure qu'il n'est nullement question d'en faire plus que ce qui existait à l'origine, enfin moins...). Bref, un retour à l'adolescence pour ces mères de famille qui souffrent d' "élargissement". Les kinésithérapeuthes qui font de la rééducation dans ce domaine ont-ils du souci à se faire ? Pas plus que les salles de gym n'en ont à se faire à propos de la liposuccion vraisemblablement...

Le plus gênant, c'est que l'on va enfin savoir si les hommes sont de vrais pervers qui ont besoin de tromper leur femme. Si elle se fait opérer, ils n'ont même plus l'excuse vis-à-vis de leurs copains de tromper leur femme en arguant de ce problème de taille. Finalement, ce chirurgien va nous aider à connaître la vérité. C'est un bienfaiteur de l'humanité.

Enfin, cela me permet d'extrapoler un peu sur notre avenir à tous en matière de sexualité. Si les hommes sont munis d'engin de taille différente alors je pose cette question redoutable : quelle est la norme qui permet de savoir qu'une femme n'est pas assez étroite? Y a-t-il un étalon fiable sur lequel on peut se fier ? Y a-t-il une ouverture de vagin qui suppose que l'homme ne sente plus rien ? N'y a-t-il pas des hommes qui devraient a contrario se faire opérer pour augmenter le volume ou la longueur de leur sexe ? Hmm... Mais si on y réfléchit bien, par un raisonnement fort catholique, on peut trouver une vraie et bonne justification : l'enfantement. Qui dit "enfantement" ne signifie-t-il pas péché originel ? Dès lors, c'est bien à la femme de réparer les dégâts qui lui sont causés par l'enfantement... CQFD.

Mais alors, on peut aussi imaginer autre chose pour la rencontre des individus. Dans une société où le temps est devenu une question essentielle et où on n'a plus le temps de découvrir les gens de peur de faire fausse route, je propose l'échange de moule de sexe dès la première rencontre. On fait mouler son sexe par une société - mais attention, un beau moule, une belle reproduction - et dès que l'on rencontre une personne qui est susceptible de nous plaire, on lui prête notre moule en échange du sien. Chacun se quitte quelques instants - on pourrait prévoir des cabines d'essayage de sexe dans les cafés ou les lieux publics par exemple - et, après essayage, on peut enfin se pencher sur l'essentiel de la relation amoureuse : la personnalité intérieure de l'autre. L'approfondissement ainsi réalisé sera profitable pour les deux.

Mais, cela risque de créer une inégalité de fait entre les individus qui auraient un modèle plus universelle que les autres. Ben oui, un sexe qui permettrait de donner un maximum de plaisir à la plus grande proportion de l'humanité... On serait obligé de légiférer pour mettre des dispositions dans le code du travail pour éviter de tester les sexes des gens. Un espèce de droit de véto sur le droit de cuissage. C'est encore les femmes qui vont être spoliées finalement. Alors qu'elles sont en train de prendre leur revanche sur la domination de l'homme, progressivement, en abordant les places à responsabilité dans les entreprises, en remportant le plus grand nombre de place dans les concours, elles vont se retrouver privées d'exercer leur vengeance fort légitime en inversant le droit de cuissage... Y a pas, je crois que j'ai vraiment bien choisi à la naissance mon statut masculin.

Oui, oui, j'en vois un qui pointe le doigt dans le fond là-bas... Si, si... C'est vrai pour éviter tous ces problèmes, il y a plus simple. On fait des études très poussées sur l'anatommie des sexes et leur rendement en terme de plaisir. On calibre ça au mieux et on opère tout le monde sur le même modèle. Comme ça, y a plus que l'amour, le vrai, le sincère, puisque le plaisir sexuel serait identique avec n'importe quel partenaire. Voilà une belle solution communiste.

Le sexe est mort, vive l'amour!

Romook