Romook, ectoplasme bloguique

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 12 mai 2005

Lettre officielle adressée aux membres du gouvernement de Mo Am'Gambie

Chères ministres, chers ministres,

J'en appelle à votre bon sens et à votre soutien le plus inconditionnelle,

Vous qui avez vécu dans ce havre de paix que constitue la Mo Am'Gambie, qui avez participé à la mise en place de la première pancarte "Mo Am'Gambie", avez visité un véritable repère de mo am'gambs (centre commercial Auchan Louvroil), qui m'avez proclamé Empereur lors d'une soirée qui a été consacrée dans la constitution de Mo Am'Gambie,

Ne vous laissez pas détourner de votre devoir de Ministre, charge librement acceptée par chacune et chacun d'entre vous, avec un enthousiasme à faire pleurer votre Empereur.

Qu'est-ce donc que ces merdeux de terroristes qui veulent libérer une Mo Am'Gambie dont ils ne connaissent ni le charme, ni la douceur de vie, ni l'obésité et l'alcoolisme des mo am'gambs, qui n'ont aucune idée de leurs coutumes en matière de loisir (Auchan), d'éducation des jeunes enfants (inceste, droit de foutre eun'clac su'l'gif), de ce qu'est la boulette d'Avesnes, la bière des Jonquilles...

Pour une Mo Am'Gambie qui reste une vraie Mo Am'Gambie, chassons ces opposants!

L'ordre du jour du conseil des ministres sera donc complété par les mesures de rétorsion que nous devrons prendre envers ces terribles opposants sanguinaires qui menacent la paix et l'harmonie régnant en Mo Am'Gambie! Ceux-ci seront présents et auront le droit de présenter leurs arguments en défense. Si les mo am'gambs n'ont rien à dire, il n'en est pas de même des membres du gouvernements, ce qui est un droit constitutionnellement protégé comme le savez (Article 14 :

Les ministres et ambassadeurs, en revanche, ont le droit de faire toutes remarques utiles concernant les règles de Mo Am'Gambie et la personnalité du ou des empereur(s) ( empereuse(s) ).)

Nous oeuvrons pour le bien de la Mo Am'Gambie, ne l'oublions pas : Article 6

L'empereur (empereuse) choisit et nomme des ministres pour le guider dans le choix de ces décisions.

Ils exercent leur fonction de conseil auprès de l'empereur avec intégrité, respects des droits fondamentaux des mo am gambs et en vue du développement de la Mo Am'Gambie.

Il était bon de rappeler ces différents textes que les opposants, avec la mauvaise foi habituelle convenant à tout opposant, avaient "oublié".

Chères ministres, chers ministres, bien à vous

Votre Empereur

Romook Ier

La Mo Am'Gambie menacée par le pays de Tartatin et le C.R.I.M.A.G!

En tant qu'empereur de la Mo Am'Gambie, je viens de recevoir des missives électroniques m'informant de la création du Comité Révolutionnaire Inutile de la Mo Am'Gambie, le C.R.I.M.A.G, groupuscule composé de dangereux opposants à l'Empire.

Ces individus, sans foi ni loi, se revendiquent de la république de TARTATIN, située dans l'ancien Pas de Calais, au coeur du triangle Lens-Bruay-Béthune.

Ce soir, l'ordre du jour de mon conseil des ministres sera donc : adoption de la constitution de la Mo Am'Gambie, adoption de la charte des droits fondamentaux des mo am'gambs et réflexion autour du problème posé par le C.R.I.M.A.G.

Il est évident que pour la santé mentale des mo am'gambs, le C.R.I.M.A.G constitue une menace vitale les poussant à utiliser leur non-cervellle, ce qui est intolérable. Il y avait déjà un référendum européen, v'là ti pas qu'y a des opposants au régime de l'Empire. Je suis inquiet pour mes mo am'gambs. Ce n'est pas tous les jours facile d'être empereur.

Romook Ier

Première approche de la Pologne

Il y a deux ans, j'ai été en Pologne et j'en ai conservé un souvenir formidable. Voici mes premières impressons à chaud, lors de mon arrivée.

"Traverser le pays de Gombrowicz est une sensation intéressante. On assimile rapidement les idées et les lieux, transformant ainsi un objet anodin en une chose émouvante ou repoussante. Comment échapper à cette alchimie de la transformation que Witold avait tant exploré ? Surtout ici, sur son propre terrain.

Mes premières sensations, une fois la frontière traversée, étaient contradictoire. J'étais l'observateur s'observant. Alors que la campagne environnante était identique à celle de l'Allemagne que nous venions de quitter - en traversant la frontière - chaque arbre, chaque prairie me semblaient contenir un charme inégalée. Trop lucide pour être dupe de mon être, je me sentais ridicule d'avoir des sensations si extrême à la seule idée d'être en Pologne. Ainsi, sur un ton ironique, je formulais des remarques du type "Tout est différent ici... Ca n'a rien à voir avec l'Allemagne..."

En fait, ce qui était différent, c'était surtout l'attention qu'il fallait pour conduire. En effet, la conduite polonaise peut tuer celui qui la néglige. Regarder sa route, contrôler derrière et surtout contrôller la voie d'en face. Sur une deux voies "classique", tous les automobilistes se déplacent comme sur une trois voies "normale" - en utilisant régulièrement les "bandes d'arrêt d'urgence" pour éviter ceux qui doublent. Cela donne une atmosphère étrange à la route, un peu fantaisiste. Pourquoi pas?

Si on revient sur ce sentiment contradictoire qui m'habitait, on peut ajouter que toutes mes lectures et mes sentiments envers la Pologne étaient les artisans de cette vision idyllique. Je vivais l'oeuvre de Gombrowicz. En effet, en vivant des choses différentes face à des évènements identiques, je faisais une transposition de la réalité de la même manière que Gombrowicz le fait dans ses romans. Enfin bref... Cette prise de contact polonaise me renvoyait à une culture intérieure que j'avais forgé depuis plusieurs années.

Il n'est pas de bon ton de le signaler pourtant il me faut l'écrire. Cette fabrication culturelle a été l'oeuvre d'une jeune femme polonaise. En étant amoureux d'elle, j'ai eu envie de pénétrer son univers - ce qui s'est notamment traduit par l'apprentissage du polonais et la volonté de connaître son pays. Toutefois, depuis des années, cet attrait culturel amoureux s'est estompé pour laisser la place à un intérêt particulier provenant d'une histoire riche, une culture variée et intéressante (et il faut bien vérifier les méchancetés qu'a pu écrire Gombrowicz sur les polonais : y avait-il un second degré dans son journal ?) et une personnalité attachante de ce peuple slave.

Outre la fatigue, la faim et l'attention soutenue nécessitée par la conduite, la route a présenté peu d'intérêt jusqu'à Poznan. La nuit tombait sur la campagne. Les couleurs étaient jolies. L'angoisse de l'essence a vite disparue car la multiplication des stations services permettaient de rouler avec les vapeurs d'essence.

Nous sommes arrivés à Poznan de nuit. Pénétrerdans une ville historique (qui a été la moins belle du voyage, Cracovie étant la plus belle - surpassant Pragues à mon goût) provoque des émotions particulières. En effet, les couleurs sont estompées par la nuit. Les monuments sont, quant à eux, mis en valeur par des jeux de lumières. Impossible d'apprécier objectivement la situation!"

Conclusion : "Il y a quelque chose dans la conscience qui en fait un piège pour elle-même", Witold Gombrowicz

Sur "la pornographie" de Gombrowicz

"La pornographie" est un titre de Witold Gombrowicz qui mérite que l'on s'y attarde. Premièrement, il n'est pas question de parler de sexe ou de grossièreté dans cette ouvrage. C'est vraiment étonnant, mais les amateurs de sensations fortes seront très déçues par ce livre, si ce titre si évocateur les incitait à le lire. En effet, il est question d'amour adolescent, mais ce n'est absolument pas un roman d'amour. Qu'est-ce donc ? Bonne question...

Witold Gombrowicz est un homme qui appréciait énorment la philosophie et qui avait une culture extrêmement étendue. Ces romans ressemblent à des écrits d'un fou pourtant. Vous pénétrez toujours dans un univers comme il n'en existe aucun autre. Pour ma part, j'ai découvert Gombrowicz à l'âge de 20 ans. Depuis, j'ai la sensation que la littérature est fade et plate.

J'ai découvert récemment Arto Paasilinna, avec lequel je retrouve une forme de fraîcheur et de folie. Néanmoins cela reste tout de même très très en deça des frissons que j'ai connu avec Gombrowicz. "Cent ans de solitude" de G. G. Marquez est aussi un roman qui me paraît être assez fou, mais il ressemble tout de même pas à mon inimitable auteur polonais.

"La pornographie" relate l'histoire de deux hommes qui se retrouve dans la campagne polonaise pendant la seconde guerre mondiale et ils observent deux adoslescents - de sexe opposé - qui semblent être fait pour se rencontrer amoureusement... Le regard de ses deux adultes est terrible : est-cela la "pornographie" ? Je ne sais pas.

J'ai lu plusieurs fois ce livre et je n'ai jamais compris pourquoi il se nomme ainsi. Dans le journal, je n'ai pas trouvé d'élément de réponse non plus. Il est possible que j'ai mal lu. Si quelqu'un a des infos... Glissez le en commentaire. Ce n'est pas un problème de traduction: j'ai déjà vérifié.

En tout cas, si vous voulez lire quelque chose d'à part dans le monde de la littérature, vous savez quoi. Ame classique et sans sens de l'originalité s'abstenir!

Romook, gombrowiczny vôtre