Pizza-coke.net : Blog Linux & OpenBsd, accompagné d'une pizza

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 3 janvier 2014

Eee pc sous Debian 7.2 : tout fonctionne parfaitement

De guerre lasse, sans avoir pu installer le wifi sur la slackware, j'ai tenté une installation de la dernière Debian 7.2, avec ce problème de cdrom externe. Après avoir configuré le bios (qui est vraiment merdique, y a pas d'autres mots pour le qualifier) de telle manière qu'il ne puisse booter que le lecteur cd rom en USB, sans autre possibilité par défaut pas de boot sur le disque dur), l'installation s'est fait par le réseau sans problème (net install). Reboot sans problème et le wifi et le bluetooth fonctionne tout à fait normalement. Tout tourne à merveille. Un vrai bonheur.

Concernant la Slackware, j'avais essayé plusieurs fois, sans succès, de compiler un nouveau noyau.Etant linuxien depuis 1999, je n'en étais pas à mon premier noyau, mais là, rien à faire : la compilation n'a jamais fonctionné. Peut-être que les ressources système de l'ordinateur n'étaient pas suffisantes. C'est possible... On ne saura jamais. En tout cas, ça fonctionne.

Pizza

jeudi 24 novembre 2011

Beowulf.org, l'art du cluster Debian

Dans mes pérégrinations mathématiques de recherche de nombres premiers (je dépasserai le milliard aujourd'hui), je m'intéresse évidemment au moyen de mettre en place un cluster de vieux coucous qui viendraient compléter mon pc actuellement dédié à la course - poursuite des nombres premiers.

En faisant quelques recherches, je suis tombé sur un projet lié à Debian, intitulé "Beowulf", et qui permet de comprendre comment on peut constituer des cluster à peu de frais, sans être un spécialiste en informatique. Il faut lire l'anglais, certes, mais il est bon que chacun connaisse l'adresse de ce site : http://www.beowulf.org

Bonne lecture

Pizza

mardi 22 novembre 2011

Du bonheur d'être en Debian

Depuis que je suis sur Debian, je n'ai plus de difficulté pour mettre à jour les paquets. Ces derniers sont mis à jour simplement, efficacement, les conflits sont gérés sans difficulté. Bref, tout est merveilleux. Résultat: après une enième maj sans problème, j'ai réalisé que ça me manquait ces détails croustillants qui font que le système doit être entretenu.

Je m'aperçois de ce fait que j'en arrive à oublier les instructions de ligne de commande pour mettre à jour la date et l'heure du système et autre joyeuseté linuxienne. Fini le bon temps où on devait réinstaller plusieurs paquets qui se battaient les uns avec les autres. Bref, pour ceux qui ne le sauraient pas encore, Debian est vraiment devenu une distribution de "pantouflard". Rien à voir avec les premières distributions d'il y a une douzaine d'année.

J'ai juste un problème avec mon wifi, mais de toute évidence, le problème ne provient pas de mon système d'exploitation, mais bien du routeur que j'utilise qui filtre le système d'exploitation (il bloque Linux et laisse passer Windows: un comble pour un netgear WMR 3500L!).

Au départ, je pensais faire un blog qui me permettrait d'exposer toutes mes petites difficultés quotidiennes avec mon système et me permettrait de faire profiter de mon expérience les autres utilisateurs. Que nenni! Pas de problème donc pas de billet...

Pizza

dimanche 24 avril 2011

Compiler Perl sur sa Linux Debian Squeeze

J'adore le langage Perl. Pourquoi ? Parce qu'à part faire mon café, il fait à peu près tout ce que je veux, sans poser aucune difficulté, avec un temps de programmation ultra réduit (contrairement à des langages comme C ou Java). Faisons d'abord une petite vérification. Sur ma Debian, je tape en ligne de commande :

# perl -v

This is perl, v5.10.1 (*) built for x86_64-linux-gnu-thread-multi (with 51 registered patches, see perl -V for more detail)

Copyright 1987-2009, Larry Wall

Perl may be copied only under the terms of either the Artistic License or the GNU General Public License, which may be found in the Perl 5 source kit.

Complete documentation for Perl, including FAQ lists, should be found on this system using "man perl" or "perldoc perl". If you have access to the Internet, point your browser at http://www.perl.org/, the Perl Home Page.

La dernière version de Perl, qui est stable, est 5.12.3. Inutile de dire, qu'en bon geek, je me dois de mettre en place la dernière version. J'ai choisi, pour ce faire, de réaliser ça à l'ancienne, c'est-à-dire en compilant mes sources moi-meme.

Première étape : téléchargement des sources.

Je vais donc sur le site de Perl : http://www.perl.org/

Deuxième étape : création d'un répertoire de travail

Pour plus de propreté dans mon travail, je crée un répertoire de travail que j'appelle "working_progress" par la commande:

# mkdir working_progress

J'y installe mes sources encore toutes chaudes du téléchargement.

# mv /home/téléchargements/perl-5.12.3.tar.gz /home/working_progress

Troisième étape : la compilation

Pour compiler les sources, j'ai besoin d'un compilateur C (gcc par exemple) que l'on peut utiliser par le biais du programme 'make'. Je vérifie l'existence de ses deux programmes :

# make -v

GNU Make 3.81
Copyright (C) 2006 Free Software Foundation, Inc.

Ceci est un logiciel libre ; voir le source pour les conditions de copie. Il n'y a PAS de garantie ; tant pour une utilisation COMMERCIALE que pour RÉPONDRE À UN BESOIN PARTICULIER.

Ce logiciel est construit pour x86_64-pc-linux-gnu

# gcc -v

Using built-in specs.
Target: x86_64-linux-gnu
Configured with: ../src/configure -v with-pkgversion='Debian 4.4.5-8' with-bugurl=file:///usr/share/doc/gcc-4.4/README.Bugs enable-languages=c,c+ + ,fortran,objc,obj-c+ + prefix=/usr program-suffix=-4.4 enable-shared enable-multiarch enable-linker-build-id with-system-zlib libexecdir=/usr/lib without-included-gettext enable-threads=posix with-gxx-include-dir=/usr/include/c++/4.4 libdir=/usr/lib enable-nls enable-clocale=gnu enable-libstdcxx-debug enable-objc-gc with-arch-32=i586 with-tune=generic enable-checking=release build=x86_64-linux-gnu host=x86_64-linux-gnu target=x86_64-linux-gnu
Thread model: posix
gcc version 4.4.5 (Debian 4.4.5-8)

Ensuite, je désarchive le fichier.

# tar xvzf perl-5.12.3.tar.gz

Je me rends dans le nouveau répertoire créer :

# cd perl-5.12.3

Avant de lancer la compilation, je dois configurer Perl. Je le fais par le biais d'un programme shell appelé "configure" que j'appelle par la commande (en root) :

# sh Configure

Beginning of configuration questions for perl5.



Checking echo to see how to suppress newlines... ...using \c The star should be here-->*



First let's make sure your kit is complete. Checking... Looks good...

This installation shell script will examine your system and ask you questions to determine how the perl5 package should be installed. If you get stuck on a question, you may use a ! shell escape to start a subshell or execute a command. Many of the questions will have default answers in square brackets; typing carriage return will give you the default. '' On some of the questions which ask for file or directory names you are allowed to use the name ok)".''

Type carriage return to continue

The prompter used in this script allows you to use shell variables and backticks in your answers. You may use $1, $2, etc... to refer to the words in the default answer, as if the default line was a set of arguments given to a script shell. This means you may also use $* to repeat the whole default line, so you do not have to re-type everything to add something to the default.

Everytime there is a substitution, you will have to confirm. If there is an error (e.g. an unmatched backtick), the default answer will remain unchanged and you will be prompted again. '' If you are in a hurry, you may run 'Configure -d'. This will bypass nearly all the questions and use the computed defaults (or the previous answers if there was already a config.sh file). Type 'Configure -h' for a list of options.'' You may also start interactively and then answer '& -d' at any prompt to turn on the non-interactive behaviour for the remainder of the execution. '' Type carriage return to continue''

D'autres écrans d'installations se suivent... Au terme d'une longue série de questions, pas toujours compréhensibles, on aboutit à la fabrication du makefile, qui est la matrice meme du futur Perl. Il n'y a plus qu'à lancer "make".

# make

Attention, peut-être que certaines erreurs vont être générées. Pour moi, malgré ma version Debian "Squeeze", une première erreur a été générée comme étant un problème de librairie manquante et de chemin. J'ai corrigé en donnant la bonne adresse des répertoires. Par défaut, Perl s'installe dans /usr/local /bin. En indiquant le chemin : /usr/ systématiquement plutot que /usr/local/, cela corrige une grande partie des erreurs. Par ailleurs, il manquait quelques librairies que j'ai ajoutées. Enfin, beaucoup de chemin de librairie (lib) étaient faux et menaient à des répertoires vides... Il faut bien vérifier le tout :-)

Après cela, j'obtiens un résultat du logiciel "make" sans erreur. L'opération de correction peut prendre du temps. Personnellement, j'ai mis trois heures pour tout corriger (à chaque fois, il faut relancer "sh Configure").

Ensuite, il faut poursuivre par la commande indispensable :

# make test

Si cette opération ne génère pas d'erreur fondamentale - ou pas trop d'erreurs - il reste une dernière étape :

# make install

Une fois cette dernière opération terminée, vous pouvez vérifier que tout va bien en faisant un :

# perl - v

This is perl 5, version 12, subversion 3 (0x1f16400) built for x86_64-linux-stdio

Copyright 1987-2010, Larry Wall

Perl may be copied only under the terms of either the Artistic License or the GNU General Public License, which may be found in the Perl 5 source kit.

Complete documentation for Perl, including FAQ lists, should be found on this system using "man perl" or "perldoc perl". If you have access to the Internet, point your browser at http://www.perl.org/, the Perl Home Page.

Et bien voilà, votre version de perl est à la pointe :-)

Je vais aller me préparer une pizza, parce que les nourritures intellectuelles, ça creuse...

Pizza

samedi 16 avril 2011

Connecter le samsung galaxy S à ma debian (2)

Alors, voilà... Je suis parti chercher la pizza et le coke pour accomplir ma difficile mission et, entre temps, quelques impondérables se sont présentés à moi, ce qui m'a retardé dans mon entreprise...

Il faut que j'avoue que j'étais l'heureux possesseur d'un iphone... et j'ai changé de mobile, suite à une crise existentielle libertaire aigue, dans laquelle j'ai refusé tout bonnement de continuer à travailler avec itunes. Pour diverses raisons, chacune étant suffisante en soi :

  1. Je n'aime pas être obligé de m'enregistrer pour pouvoir utiliser mon téléphone portable;
  2. Je n'aime pas être obligé de passer par une "centrale" logicielle où je dois donner mon numéro de carte bancaire pour m'inscrire;
  3. Je n'aime pas qu'on m'oblige à télécharger des logiciels qui prennent toute la place dans mon ordinateur;
  4. Je n'aime pas qu'on me propose des logiciels par défaut, différents de ceux que j'ai l'habitude d'utiliser, pour effectuer toutes les tâches qui étaient déjà configurés;
  5. Je n'aime pas avoir la sensation d'être dans un univers du "tout payant";
  6. Je n'aime pas l'absence de portabilité (tiens, je suis chez ma mère : je dois télécharger itunes sur son ordi pour connecter mon iphone...);


Tout ça, mis bout à bout, ça a fini par me peser. Donc, suite aux harcèlements de mes amis sous android, non informaticiens je le précise, qui me disaient que je trouverais dans un téléphone sous android tout mon bonheur de linuxien, je saute le pas et change de mobile (en restant chez Orange, mon opérateur historique : là aussi, ça pourrait changer).

Me voici face à un beau Galaxy S, la presque super star de sa catégorie. Changement d'outil, je le trouve pas pratique (normal, ce ne sont pas les même repères). Toutefois, après 3 semaines d'utilisation, je dois constater que je ne suis pas arrivé à me faire une idée précise de ce qui est mieux entre l'iphone et le samsung Galaxy S. Je pense que ce doit être un excellent troll à lancer...

Les deux ont des avantages et des inconvénients. J'ai des cd pour installer les logiciels d'accompagnements du Galaxy S - étant précisé qu'ils sont destinés à aller sous windows. Je cherche rapidement un équivalent linux. Je ne trouve rien. Je me dis qu'il ne doit rien y avoir de plus bête à connecter qu'un périphérique sous un dérivé de linux avec Linux. Je branche le cable USB et... Rien.

Quelques recherches sur internet plus loin, je trouve qu'il faut mettre le mobile en mode "débogage USB". Manipulation faite : toujours rien. Je continue mes recherches (je rappelle qu'il est hors de question que je passe par un émulateur windows)... Je trouve des tutoriels incompréhensibles avec des fichiers à ajouter, sans autre forme d'explication. Non, je n'essaierai pas. Je poursuis mes recherches et là, je pense, qu'il faudrait aller voir sur le site de Samsung. En attendant que la page d'accueil s'affiche, je regarde mon téléphone et je m'aperçois que je peux connecter mon téléphone pour faire un pont entre le pc et lui. Juste un petit coup de doigt et zou! C'est parti. Aussitôt s'ouvre une fenêtre me montrant le répertoire "/media/disk/". Ca marche. Rien à faire. C'était plus bête que tout.

Résumons la manipulation :

  1. Mettre en mode "débogage USB";
  2. Brancher le cable usb entre le pc et le mobile;
  3. sur la page d'accueil, faire glisser le haut de l'écran vers le bas (toutes les alertes) et choisir "débogage USB : connecter le pc pour échanger des fichiers";


Y a plus qu'à profiter... Et maintenant, je retourne chercher une verre de coke...

Pizza

lundi 11 avril 2011

Connecter le samsung galaxy S à ma debian

Aujourd'hui, pour une obscure raison que j'ignore, je décide pour la première fois de connecter mon smartphone Samsung Galaxy S à ma Debian. Je branche le cable usb, naturellement, avec l'innocence du geek qui pense que Linux voit tout, entend tout, comprend tout. Premier problème : rien ne se passe. Je fais quelques recherches sur Internet et je trouve des tutoriels avec utilisation de windows en virtualbox. Ce n'est évidemment pas satisfaisant.

En creusant plus, je trouve une page où l'on peut se connecter en faisant d'obscures lignes de commandes, sans aucune explication. Le côté vaudou de Linux m'a toujours rebuté. Depuis 10 ans que je l'utilise, j'ai rarement eu l'occasion d'écrire des lignes de comande, juste parce que ça marche et que c'est comme ça. Il y a un côté hacker en moi qui refuse de prendre la solution tout faite. Résultat : je préfère rester avec un système qui fonctionne mal plutôt que de prendre des recettes ésotériques, où seuls les gourous trouvent leur compte...

N'oublions pas que la philosophie préludant à Linux est de rendre l'informatique libre, donc accessible à tous. Si c'était pour remettre des gourous à la place des entreprises qui ferment leur code source pour le protéger, inutile que ce soit libre. Il y a parfois un mauvais état d'esprit des linuxiens qui tendent à les rendre imbuvables par manque de pédagogie et d'élitisme. Pour moi, utiliser Linux, c'est d'abord parce que je trouve qu'un pingouin, c'est plus sympa qu'un logo abstrait.

Donc, tout ça pour dire que les deux méthodes trouvés sur internet ne me satisfont pas. Comment un système basé sur Linux (android), ne pourrait-il pas communiquer directement avec un système linux via un cable USB? Ma debian détecte directement une clé USB, alors pourquoi pas un périphérique usb qu'elle devrait considérer comme un ordinateur en réseau ?

Je cherche et je reviens.

Pizza, je vais chercher un coca...

dimanche 3 avril 2011

Navigation internet sous X

L'une de mes motivations étaient bien de pouvoir surfer, anonymement, depuis l'étranger. J'ai un accès ssh sur ma machine qui me permet déjà de réaliser cela sur mon réseau local. Je tape dans mon terminal "ssh -X xxx.xxx.xxx.xxx" et je me retrouve à devoir donner mon mot de passe. Une fois loggé, je n'ai plus qu'à lancer "iceweasel" et je peux surfer sur le net. Grand bonheur! J'utilise alors la machine distante pour surfer. Il me reste à configurer tout ça pour que cela soit sécurisé... car pour le moment, une attaque par force brute aurait toutes les chances d'aboutir facilement. Et puis, il me faut un dyndns en place pour récupérer l'adresse ip lorsqu'elle changera.

En tout cas, je trouve tout cela d'une grande simplicité. C'est effarant...

Pizza

vendredi 25 mars 2011

Nouvelle aventure linuxienne

Pendant longtemps, j'ai souhaité migrer entièrement sous linux. Mais, à chaque fois, il y a un logiciel qui nous en empêche, une configuration matérielle problématique... et la volonté de ne surtout rien changer. Depuis 1999, je navigue entre Windows et Linux. Aujourd'hui, j'ai définitivement sauter le pas. J'ai acheté (et assemblé) un pc. Je veux en faire une vraie station d'expérience informatique. J'ai une belle configuration pour ça... Et j'ai choisi d'installer une Debian dessus. J'ai longtemps traîner mes guêtres du côté de Mandriva (au début, c'était Mandrake). Le problème de cette distribution: c'était son système de fichiers pas toujours bien organisé qui rendait dépendant.

Aujourd'hui, je veux être indépendant et libre. Alors, je choisis Linux debian, même si ce choix entraînera des difficultés de configuration propres. En même temps, on ne peut pas vouloir choisir des vêtements sur-mesure sans passer par la prise de mensuration. Sinon, il faut rester dans le prêt à porter.

J'ai choisi la haute couture; et en accompagnement, pizza / coke.

Pizza